×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

#Réouverture : la lutte contre le bruit, un enjeu capital de la reprise

Restauration - mercredi 19 mai 2021 12:41
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      

Paris (75) Les restaurants qui reprennent dès aujourd'hui une activité ne pourront le faire qu'en extérieur jusqu'au 9 juin. Néanmoins, les terrasses éphémères sont source de frictions avec les riverains qui ne veulent pas revivre les dérapages de l'été dernier. Comment agir sur les nuisances sonores pour apaiser les tensions alors que le seuil de tolérance des uns et des autres semble ne jamais avoir été aussi bas ?



Lutter contre les nuisances sonores sur les terrasses permet d'harmoniser les relations avec les voisins qui sont aussi des clients.
© GettyImages
Lutter contre les nuisances sonores sur les terrasses permet d'harmoniser les relations avec les voisins qui sont aussi des clients.

Les nuisances sonores sont un problème récurrent et plutôt parisien. Nos clients de province souffrent moins du partage de l’espace public qui est moins concentré”, constate Adrien Gahinet, du cabinet de conseil en restauration Sophradrien. Gilles Pourbaix, président du réseau Vivre Paris ! qui fédère une vingtaine d’associations de quartiers, précise toutefois : “Ce n’est pas un problème avec les restaurateurs. À part quelques éclats de rire, les situations sont très acceptables. Les gens sont assis et mangent. Nous ne sommes pas dans des enclos avec des jeunes debout et ivres, qui s’étendent jusqu’à occuper la chaussée. En revanche, les bars parisiens sont peu syndicalisés. Beaucoup ont des comportements de voyous. ” Et de s’emporter : “À cause des bars, dans le quartier Jean-Pierre Timbaud [Paris, XIe], il a été mesuré un bruit plus fort à 2 heures du matin que dans la journée ! ”

 

Les terrasses peuvent aussi pacifier un quartier

“Paris manœuvre pour pérenniser ces terrasses au détriment des voitures et des riverains. Nous refusons qu’elles deviennent saisonnières. Les Parisiens ne se rendent pas compte qu’ils vivraient alors, chaque année, six mois de fête de la bière en bas de chez eux. Nous demandons l’interdiction des extensions devant les immeubles voisins ou les trottoirs d’en face, la présence de chuteurs qui sont très efficaces, mais surtout la généralisation des méduses. Ces capteurs directionnels, à l’essai rue des Lombards, sont imparables et démontrent la réalité, la nature, l’intensité, la répétition et l’origine d’une nuisance sonore !”, liste Gilles Pourbaix.

L’installation d’une terrasse doit faire l’objet d’un échange avec les voisins. C’est dans la charte de la ville. Il ne s’agit pas de juste signer. Il faut engager ces échanges de nature à déminer en amont des conflits à venir”, ajoute Adrien Gahinet. “Les tensions sur le bruit vont être contraintes par la météo et la prolongation du couvre-feu jusqu’à l’été. Le temps de voir ce qui marche ou pas”, positive Bernard Boutboul, du cabinet Gira. Et Gilles Pourbaix en convient, la réouverture des terrasses peut aussi être salvatrice. “L’été dernier, au premier jour de l’ouverture, nous avons été applaudis comme [l’avaient été] les soignants. La place Emile Goudeau était devenue le lieu de pique-niques sauvages et alcoolisés jusqu’à l’aube. En redéployant notre terrasse, le calme est revenu”, rappelle Choukri Chamkhia, le gérant du Relais de la Butte à Paris (XVIIIe).

 

#terrasses #bruit #nuisancessonores #AdrienGahinet #GillesPourbaix #BernardBoutboul #Sophadrien #Gira

 


Francois Pont