×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

"Peux-tu demander à tes lutins de m'aider pour éviter la faillite ?" : l'appel à l'aide de Davy Locatelli

Restauration - jeudi 17 décembre 2020 15:08
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Installé dans son restaurant, le Moulin des Bouvières à Diémoz (Isère), depuis dix ans, Davy Locatelli, 43 ans, a affiché, sur la façade de son établissement, un appel à l’aide en forme de lettre au père Noël : “Peux-tu demander à tes lutins de m'aider pour éviter la faillite ?”

“Ce qui m’a motivé ? C’est une révolte..., explique-t-il. À l’heure actuelle, alors que je suis fermé depuis le 29 octobre, je n’ai reçu aucune aide de l’État, notamment celle de 10 000 €. Le chômage partiel ne m’a pas été remboursé, alors que ce serait à l’État de le payer directement.”

Le restaurateur ne cache pas son inquiétude : “Financièrement, on se met en danger, on se verse pas de salaire alors qu’il faut  continuer à payer les charges. Quand j’ai acheté le restaurant, j’ai hypothéqué ma maison : si je ne peux plus payer, je n’ai plus de maison. Si le restaurant ne rouvre pas au 20 janvier, je ne sais pas comment je pourrai faire.”

Et de confier : “Je travaille en cuisine depuis mes 13 ans. C’est le rêve d’une vie, c’est beaucoup de sacrifices. C’est en travaillant que j’ai pu acheter mon restaurant. Trente ans de travail perdus en un an, alors qu’on a fait tous ces efforts...”

Pour se faire entendre, le chef a participé aux manifestations organisées à Lyon tous les lundis : “Ça ne suffit pas. Il arrivera un moment où il faudra qu’on bloque les grandes surfaces ou les centrales d’achat. À partir de là, peut-être qu’on sera écoutés.”

 

#DavyLocatelli #coronavirus #covid19


Roselyne Douillet
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Communication digitale : web, mobile et réseaux
par Vanessa Guerrier-Buisine
Services