Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Les habitudes alimentaires changent rapidement

Restauration - mercredi 18 novembre 2020 11:23
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

73% des consommateurs mondiaux estiment avoir changé leurs habitudes alimentaires au cours des deux dernières années. Le résultat d'une prise de conscience que la Covid-19 accélère : alimentation saine, produits locaux et de saison, respect de l'environnement et éthique.



C’est grâce au recul de l’étude Kantar Food 360 en partenariat avec le Sial depuis 2012 sur 11 pays (France, Grande-Bretagne, Espagne, Allemagne, USA, Russie, Chine, les pays du Moyen Orient, l’Asie du Sud Est (Indonésie et Malaisie), l’Inde et l’Italie), que l’évolution des choix des clients peut être suivie. Et ils sont essentiels pour comprendre les grandes manœuvres et répondre à leurs attentes.

Ainsi, dans l'étude 2020, pour 70% des personnes interrogées, la priorité, c'est d'avoir une alimentation plus saine (63% pour les Français) et la pandémie joue un rôle d’accélérateur. "Pour 40% des consommateurs, cela signifie favoriser les aliments qui ont des bénéfices santé. Pour un tiers, c'est consommer des produits moins gras, moins sucrés ou moins salés et un tiers estime que c'est choisir une alimentation équilibrée", explique Pascale Grelot-Girard, Directrice Expertise Market Intelligence Kantar. Le lien santé et alimentation est tellement prégnant que 69% des personnes interrogées dans le monde pensent que ce qu'ils ingèrent peut présenter un risque potentiel pour leur santé. Même si l’inquiétude progresse partout, à part en Chine, la France sort du lot avec 79% de consommateurs très vigilants. Au niveau mondial, Ils sont 44% à vouloir davantage de transparence et de clarté sur la composition des produits.

Le mouvement concerne aussi bien sûr l’origine des produits. Plus d’un consommateur mondial sur deux estime avoir changé ses habitudes de consommation alimentaire en faveur de produits locaux et de saison. La France se démarque encore avec un score de 64% alors que les Etats-Unis et la Grande-Bretagne sont en dessous de 30%. Le local prime sur le bio dans cette volonté de réassurance.

Dans le même temps, 37% déclarent avoir opéré des changements afin de privilégier des produits plus respectueux de l’environnement ou plus éthiques. "On voit que ce score est plus faible avec des pays extrêmement bas tels que les Etats-Unis ou la Russie (20%). Néanmoins, il est intéressant de souligner que 13% ont déclaré avoir réduit leurs achats d'aliments avec des empreintes carbones élévées.12% ont arrêté d'acheter des aliments avec des emballages plastiques. 11% refusent d'acheter  certains produits pour des raisons éthiques ou environnementales. Ainsi, 1 consommateur sur 2 préfère acheter des produits équitables ou issus du commerce équitable. C'est un score qui augmente de 7 points par rapports à 2018. Sur le long terme, on voit qu'on était à 27% en 2012 en France et on atteint 48% en 2020", souligne Pascale Grelot-Girard. Les changements repérés lors des précédentes enquêtes se confirment et s'affirment. Dans le même ordre d'idées, 63% des personnes interrogées dans le monde estiment que bien choisir son alimentation est un engagement sociétal : c’est choisir le monde dans lequel nous souhaitons vivre.

#alimentation #sial #kantar 

 


Nadine Lemoine
La covid 19 : des effets accélérateurs sur les attentes consommateurs

1 - Encore plus de local comme gage de réassurance et de proximité

La crise du Covid 2019 a mis l’accent sur certaines aberrations des chaines d’approvisionnement et de la dépendance sur des produits essentiels, en particulier issus de l’agriculture. À cela s’ajoute une sensibilité plus forte à protéger son économie.

2 - De nouveaux arbitrages slow life vs. fast life

L’impact sur l’alimentation a été immédiat pendant le confinement et est amené à durer pour une partie de la population. Le confinement a été l’occasion de cuisiner davantage, d’initier ou développer des potagers. Un phénomène de réappropriation de ce que les consommateurs mettent dans leurs assiettes.

3 - Une sensibilité accrue aux thématiques de développement durable

La population mondiale a pu voir concrètement l’impact positif du ralentissement économique sur l’environnement et l’importance des différents acteurs de la filière food. Il en résulte une conscience renforcée pour une alimentation plus durable et plus respectueuse de l’environnement, du bien-être animal et des individus.

4 - Des arbitrages prix plus clivants entre l’économique et le premium

Du fait des contraintes économiques, mais aussi de choix plus affirmés pour des marques offrant les meilleures garanties.

5 - Nouveaux équilibres in/out of home

En raison des nouvelles pratiques de télétravail, de l’anxiété persistante de la population mondiale face à la pandémie, et d’un retour à la normale qui parait lointain, la consommation hors domicile est impactée à moyen terme ce qui profite à la consommation in-home.

(Source : Kantar Food 360 en partenariat avec le Sial)