×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

MoSuke, la cuisine plurielle de Mory Sacko

Restauration - mercredi 23 septembre 2020 12:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

75 - Paris Dans son restaurant MoSuke - alliance de son prénom et de Yasuke, nom du premier samouraï africain du Japon –, l'ancien candidat de Top Chef 2020 signe une cuisine d'union qui allie les saveurs japonaises et africaines aux produits français. Le succès est déjà en marche.



À vrai dire, pour célébrer ses 28 ans, le 24 septembre, Mory Sacko ne pouvait pas rêver mieux. Depuis l’annonce fin août de l’ouverture de son restaurant Mosuke, niché à deux pas de l’avenue du Maine (Paris, XIVe), le jeune homme peut se targuer d’afficher archi-complet à chaque service. Sur son site, il faut même beaucoup avancer dans les semaines (les mois) pour trouver une table. Voilà un signe qui montre à quel point le Francilien originaire du Mali a acquis un immense capital sympathie depuis son passage à Top Chef 2020.

 

Une cuisine millimétrée

Restait à savoir si la cuisine de l’ancien sous-chef de Thierry Marx au Mandarin Oriental allait être à la hauteur des attentes. Dans sa volonté de faire rencontrer la cuisine japonaise à la culture africaine, Mory Sacko s’est appuyé sur des producteurs de talent œuvrant en France : la maraîchère Anna Shoji Yasaï pour les légumes japonais d’exception, Tom Saveurs pour les poissons, Damien Blasco pour les agrumes… De cette sélection minutieuse découle une partition originale et millimétrée : Sole en feuille de bananier, Attiéké, tagète et livèche, Turbot et plantain sauce Shito, ou encore l’alliance unique Homard, piments lactofermentés et miso à la tomate composaient les premiers services. Côté sucré, la ganache chocolat tiède à la fleur de sel fumée agrémentée d’une glace au wasabi détonne et séduit.

Pour terminer le repas de manière atypique, le chef fait déguster aux convives une baie baptisée La Miraculine, originaire du Burkina Faso, qu’il faut laisser fondre sur la langue afin de neutraliser l’acidité des aliments. Côté tarifs, un menu déjeuner est proposé à 45 € (3 services), tandis que deux menus en 5 plats (Migration, 80 €) et 7 plats (Vol de nuit, 100 €) animent les papilles des clients qui peuvent accorder leur repas à des vins biodynamiques français et des vins naturels sud-africains.

#MorySacko #mosuke #topchef #paris


Stéphane POCIDALO