×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Cauchemar en cuisine, édito du journal du 30 avril 2020

Restauration - mardi 28 avril 2020 11:15
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


“J’ai l’habitude de recevoir des messages de restaurateurs. Aujourd’hui, c’est multiplié par dix ! Vous n’imaginez pas leur détresse.” C’est dans l’émission C’est à Vous, sur France 5, que Philippe Etchebest a mis ses mots et son pouvoir de conviction légendaire au service des restaurateurs. Comme dans Cauchemar en cuisine ou dans Top Chef, il sait se faire entendre et on l’écoute.

Ces dernières semaines, notoriété oblige, les journalistes font appel à lui pour témoigner de la situation des restaurateurs. Et le chef s’en sert pour faire passer des messages : “Aider les salariés, c’est très bien, mais il y a des patrons qui n’arrivent à se payer à la fin du mois. Ils n’ont rien. Au moins 40 % d’entre eux risquent de ne pas rouvrir !” C’est violent, percutant. Et tout le monde comprend. Si les entreprises ferment, que deviendront les salariés ?

Mais Philippe Etchebest n’en reste pas là. L’homme a de la ressource et pour tout problème, il cherche une solution. Il l’a trouvée. En fait, c’est tout un groupe de travail composé de professionnels qui a imaginé cette solution permettant de récupérer rapidement une somme à hauteur de 33 % de la perte d’exploitation. Le dispositif est ingénieux, ne coûte rien à l’État, met les assurances à contribution pour collecter les fonds et les redistribuer aux professionnels et leur permet de sortir la tête de l’eau.

Ce n’est pas le moment de croire au miracle. C’est le moment d’évaluer les possibilités et de saisir les opportunités, toutes les opportunités. Ce dispositif peut changer la donne.

#edito #philippeetchebest #pertedexploitation


Nadine Lemoine
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Orientation scolaire et formations pour adultes en CHR
par Virginie Barret et Jean-Philippe Barret
Services