×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Le Collège culinaire de France lance un appel à tous les restaurateurs militants de la qualité

Restauration - mardi 9 avril 2013 15:04
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Le Collège culinaire de France souhaite fédérer sous une même bannière les apôtres du fait maison avec de bons produit et les garants d'une hospitalité tant recherchée par les clients. Lancement de « Restaurant de qualité ».



Promouvoir la qualité de la restauration, en France et dans le monde, c'est la vocation affichée du Collège culinaire de France. Créée en février 2011 à l'initiative de 15 professionnels reconnus et coprésidée par Alain Ducasse et Joël Robuchon, l'association monte aujourd'hui au créneau pour défendre son credo. Elle lance un « mouvement militant » et une appellation. « Restaurant de qualité reconnu par le Collège culinaire de France, www.restaurantdequalité.fr », c'est ce qu'on peut lire sur le panonceau bientôt affiché à l'entrée des établissements.

Qui est concerné ? Les restaurateurs qui « transforment des produits de qualité et d'origine connue à partir d'un savoir-faire culinaire professionnel ». Ils doivent aussi partager la même conception d'une « hospitalité de qualité pour l'accueil, le sourire et un rapport qualité/prix cohérent ». Si les conditions sont remplies, vous pouvez adhérer par une simple déclaration. Vous pourrez alors revendiquer cette appellation et vous en servir pour communiquer auprès de votre clientèle. Car le Collège culinaire de France entend bien faire de cette appellation un véritable gage de qualité, un repère, une référence pour le consommateur.

Un site internet www.restaurantdequalité.fr recensera les adhérents. Les clients pourront ainsi dénicher les restaurants affiliés mais aussi remplir en ligne un questionnaire sur la prestation qu'ils auront testée. Le témoignage du client ne sera pas visible par les internautes, seulement par le siège de l'association, qui aura ainsi des remontées de ce qui se passe sur le terrain.

En parallèle, dans toutes les régions, des chefs référents seront investis d'une mission, celle de garantir, s'il y a un doute, que les engagements pris par le restaurateur soient bien respectés. Pour être crédible aux yeux des clients, un contrôle même organisé par ses pairs est essentiel.

« Beaucoup de professionnels réalisent un formidable travail d'artisan. Nous voulons leur donner une visibilité, dit Alain Ducasse. Une visibilité auprès des « clients qui souhaitent être informés sur ce qu'ils consomment », mais aussi auprès des « jeunes qui aspirent à ce métier ». Dans son manifeste, le Collège culinaire de France va plus loin. Il s'engage à les « faire reconnaître par les pouvoirs publics pour soutenir la compétitivité de la cuisine française. (…) Il s'agit là d'un enjeu sociétal d'intérêt national dans ses dimensions économiques, sociales et culturelles ».

Restaurant de qualité doit maintenant se faire connaître tout court. Des moyens doivent être déployés. « Cela a un coût. Nous avons fixé la cotisation à 1 euro par jour. On ne doit compter sur personne, sauf sur nous », dit Alain Ducasse qui ajoute : « Restaurant de qualité, ce n'est pas un label mais un drapeau, un engagement militant que des clients soutiendront et rejoindront à leur tour».
Nadine Lemoine

Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en CHR : outils pratiques
par Jean-Claude Oulé
Services