×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Le Sénéchal : l'histoire d'une vie professionnelle

Restauration - vendredi 8 juin 2012 10:48
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Sauveterre-de-Rouergue (12) Amateur de choses simples, Michel Truchon veut continuer, à 62 ans, à aller à l'essentiel.



Michel Truchon : le goût des choses simples.
Michel Truchon : le goût des choses simples.

Personnage truculent, aubergiste à l'ancienne, Michel Truchon se définit comme un artisan cuisinier. "Je vais à l'essentiel : le produit, la qualité, le goût, la saison. Un bon cuisinier, c'est 90 % de transpiration, 10 % de savoir-faire", dit-il. Michel Truchon s'est installé en 1986. L'étoile Michelin est arrivée en 1990. "Nous étions alors dans l'ancienne auberge que ma mère avait créée au début des années 1960", rappelle-t-il.
Avant de prendre sa succession, il a fait l'école hôtelière de Grenoble et multiplié les expériences pendant treize ans, alternant au rythme des saisons, l'hiver chez les autres, l'été à l'auberge familiale.
Michel Truchon aime les "choses simples". À 62 ans, ses plats mettent en avant le terroir mais s'ouvrent vers des contrées plus lointaines. Les ris d'agneau de l'Aveyron, la tourte de joue de boeuf d'Aubrac côtoient le rouget barbet de petits bateaux, les langoustines bretonnes.

Aucun regret

La structure actuelle, édifiée en 1994 avec Chantal, son épouse, comprend trois suites, huit chambres, un restaurant, une terrasse, une piscine couverte et un jardin de 5 000 m2.
Ses trois enfants ne lui succèderont pas. Il n'a pas de regret, juste la crainte d'avoir des difficultés à trouver un repreneur le moment venu. "Nous ne sommes pourtant qu'à une heure et demie de Toulouse et deux heures du bord de mer", ajoute-t-il.
Bernard Degioanni

Journal & Magazine
N° 3763 -
07 janvier 2022
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Développer votre créativité culinaire par combinaison
par Gilles Charles
Services