Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Michel Trama jetterait l’éponge pour son restaurant toulousain

Restauration - lundi 22 décembre 2008 10:49
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Toulouse (31) Michel Trama, chef de L’Aubergade à Puymirol dans le Lot-et-Garonne, 3 étoiles Michelin, qui a pris la direction le 12 septembre dernier du restaurant Cinecita, rue Labeda à Toulouse, souhaiterait, semble-t-il, se retirer de cette enseigne.



Michel Trama.
Michel Trama.

Malgré les bruits qui courent dans la ville rose, soulignant que le Cinecita n’a pas aussi bien démarré que prévu, le manque de clientèle ne serait pas l’unique raison du retrait de Michel Trama. Car dans cette brasserie qu’il souhaitait rebaptiser Le Tram’s, les réservations pour le réveillon sont plus que satisfaisantes et le carnet du week-end souvent plein. Mais depuis la fin novembre, Michel Trama s’interroge sérieusement sur son implication dans Le Cinecita. Selon lui, le travail dans ce restaurant est satisfaisant, même si ce n’est pas de la gastronomie. Le rapport qualité/prix est à ses yeux respecté. Le problème vient du fait que son implication était conditionnée à la réalisation de travaux de décoration. À l’heure de la crise, le grand relookage prévu au printemps prochain, avec le décorateur star Jacques Garcia, ne semble plus être à l’ordre du jour.

Des contraintes trop importantes

La crise, 20 salariés, beaucoup de couverts à remplir midi et soir, la location, les investissements, les salaires et charges… Autant de contraintes qui ont peut-être eu raison du courage, de l’énergie et de la volonté du chef. Après le réveillon, Michel Trama pourrait donc jeter l’éponge du Cinecita, qu’il avait cédé à plusieurs associés, parmi lesquels le gérant Denis Girod, son homme de confiance.

Le Cinecita a été créé il y a cinq ans par Ivo Danaf - actuel patron du Theatro et du Purple. Ce restaurant de 180 couverts a connu des hauts et des bas, avec sa cuisine italienne, ses lampadaires en forme de bobines de cinéma, son pilier géant évoquant le trophée de César, ses grands écrans… Reste à espérer que ce restaurant connaîtra un autre destin que celui des mythiques studios de cinéma italiens.

Philippe Duffaut

Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Covid -19 : principales aides aux CHR et mesures à respecter
par la Rédaction de l'Hôtellerie-Restauration
Services
  Articles les plus lus