×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration Snacking

Crêp'eat joue la carte du premium

Restauration Snacking - mardi 29 janvier 2019 17:30
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Spécialiste de la crêpe en centres commerciaux, l'enseigne entend contrer la concurrence en misant sur une offre qualitative.



 

Crêp'eat a été l’une des premières enseignes à concilier crêperie et restauration rapide. Née en 2010, la marque compte aujourd’hui 26 points de vente (dont huit en franchise), pour un chiffre d’affaires de 10 M€ fin 2018. Elle prévoit une dizaine d’ouvertures cette année - dont Toulouse, Rosny 2, Créteil Soleil, Ecully, Saint-Etienne, Lyon, Le Havre - et vise les 50 unités à l’horizon 2021.

"Nous nous développons uniquement en centres commerciaux, avec des formats allant de 40 m² pour les kiosques à 150 m², rappelle le cofondateur, Axel Le Pomellec. Mais nous espérons toujours nous implanter un jour dans les gares, les aéroports et les stations-service".

Alors que le segment attire de nouveaux acteurs (Fête à crêpe, Paye ta crêpe, Ar Preti…), Crêp'eat mise sur plusieurs axes de différenciation. À commencer par son identité bretonne. Outre la douzaine de galettes et la dizaine de crêpes proposées au menu, le client peut également déguster du far breton, ou encore du kouign amann. "Le caramel au beurre salé vient de Quiberon, la farine traditionnelle du Morbihan, le cidre du Val de Rance", précise l’entrepreneur.

 

Premium et écoresponsable

Autre pilier de la marque : "la qualité et le savoir-faire". "Nous utilisons deux pâtes traditionnelles distinctes, pour les galettes et les crêpes. Nous n’utilisons pas de surgelés. Tout est préparé à la minute, dans une cuisine ouverte, et tout est fait maison, jusqu’aux smoothies et à la chantilly", souligne-t-il.

Côté prix, les formules démarrent à 9,5 €, pour un ticket moyen de 11 €. "Nos prix ont légèrement augmenté, tout comme la qualité de nos produits. Et puis nous avons répercuté sur nos tarifs le choix de contenants écoresponsables", poursuit-il. Désormais, les crêpes sont servies sur place dans de la "vaisselle en dur", tandis qu’un packaging recyclable a été adopté pour la vente à emporter. Un virage entrepris en 2018, afin d’ "anticiper une demande légitime de la part de la clientèle".


Violaine Brissart