×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

Le Gouvernement lance un plan national de lutte contre le GHB

Juridique et social - vendredi 18 février 2022 17:16
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Avec la réouverture des discothèques, Marlène Schiappa, ministre déléguée chargée de la Citoyenneté a présenté le plan gouvernemental de lutte contre le GHB lancé à l'échelle nationale.



Un QR code permet un fois scanné d'accéder à un tchat en ligne gratuit et ouvert 24/24 et 7J/7j.
Un QR code permet un fois scanné d'accéder à un tchat en ligne gratuit et ouvert 24/24 et 7J/7j.

Le GHB, est une drogue inodore et incolore. Surnommé drogue du violeur, il prend la forme d’une poudre ou d’un liquide inodore et incolore, facile à verser discrètement dans un verre et qui procure des effets désinhibants et fait perdre la mémoire. Substance qui sévit dans tous les établissements nocturnes.

Le gouvernement lance une campagne de prévention avec la collaboration de la mission interministérielle contre les drogues et l’Umih et plus particulièrement Laurent Lutse président des établissements de nuit de l’Umih afin de lutter contre ces problèmes de viols et d’agressions sexuelles après avoir été drogué au GHB. Face à ce fléau, les témoignages des victimes droguées à leur insu s’étaient multipliés sur les réseaux sociaux sous l’hashtag #BalanceTonBar et dans les médias ces derniers mois. « Il est temps d’agir, on doit pouvoir faire la fête en toute sécurité » a déclaré Laurent Lutse.

 

Des affiches avec un QR code à flasher

Cette campagne de prévention prend la forme d’affiches orange qui seront placardés dans les toilettes. Seront inscrites les mentions suivantes « Ton ami(e) a été drogué(e) ? » « Tu penses avoir été drogué(e) ? » avec un QR code a flasher pour alerter la police ou la gendarmerie. « Peu importe l’heure, le tchat gratuit peut être activité jour et nuit et sans avoir à décliner son identité » précise la ministre qui salue l’engagement des forces de police et de gendarmerie.

La ministre a aussi demandé aux forces de l’ordre de rendre systématique le déclenchement du « protocole viol » pour toute personne qui pense avoir été agressée sous GHB. C’est-à-dire faire des prélèvements toxicologiques des victimes, ainsi que des prélèvements ADN des vêtements afin de retrouver la trace de l’agresseur.

Autre point du plan anti-GHB : les professionnels de la nuit vont recevoir des formations, au sein des départements. Elles seront conduites par les forces de l’ordre et/ou la brigade des stupéfiants pour les aider, par exemple, à repérer les conduites suspectes de personnes venant de droguer quelqu’un.


Pascale Carbillet
Journal & Magazine
N° 3786 -
25 novembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Orientation scolaire et formations pour adultes en CHR
par Virginie Barret et Jean-Philippe Barret
Services