×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

Le nombre de repas fournis dépend-il du nombre d'heures travaillées ?

Juridique et social - jeudi 11 juillet 2019 16:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

"Le deuxième repas journalier dépend-il du temps de travail quotidien, c'est à dire supérieur à 5 heures (deux repas par jour) ou inférieur à 5 heures (un repas par jour), ou bien des horaires de travail (9 heures-16 h 30) ?"



© Thinkstock


Le nombre de repas que vous devez fournir à un salarié dépend de sa présence au moment de repas et non pas du nombre d’heures effectuées. En travaillant de 9 heures à 16 h 30, ce salarié aura droit à un repas par jour, bien qu’il travaille 7 heures, car il n’est présent qu’au service du midi.

Au terme de l’article D3231-13 du code du travail, les employeurs des CHR ont l’obligation de nourrir gratuitement leur personnel ou de lui verser une indemnité compensatrice. Cette obligation est soumise à la double condition que l’entreprise soit ouverte à la clientèle au moment des repas et que les salariés soient présent au moment desdits repas. Cette notion de présence doit s’entendre au sens large et intégrer les périodes de la clientèle mais aussi celles du personnel.

Il est vrai que certaines entreprises revendiquaient un usage prévoyant que les salariés bénéficiaient de deux repas quotidiens ou d’un repas et d’une indemnité compensatrice de nourriture dès lors qu’ils travaillaient plus de 5 heures par jour. Mais cette position n’est pas retenue par l’Urssaf ni par la jurisprudence, qui considèrent que l’obligation de nourrir le personnel est soumis uniquement à la double condition que “l’entreprise soit ouverte à la clientèle au moment des repas et que les salariés soient présent au moment desdits repas”. Principe énoncé dans une circulaire DRT-DSS 15/90 du 9 mars 1990. C’est donc la présence du salarié aux heures des repas qui importe et non pas le nombre d’heures travaillées.

#Repas #AvantageNourriture


Pascale Carbillet
Journal & Magazine
Services