×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

Le prélèvement à la source confirmé pour le 1er janvier 2019 - Édito du journal du 23 novembre

Juridique et social - mercredi 22 novembre 2017 10:34
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


"Un second projet de loi de finances rectificative pour 2017 a été présenté en conseil des ministres le 15 novembre. Il comporte des mesures de simplification relatives au prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu (PAS), recommandées notamment dans un rapport de l'inspection générale des finances publié le 11 octobre dernier. Sa mise en oeuvre est confirmée au 1er janvier 2019. Pour les salariés, le PAS prendra la forme d'une retenue à la source pratiquée par les employeurs. Ceux-ci devront donner en outre un minimum d'informations à leurs salariés : le taux du prélèvement, le montant du revenu sur lequel la retenue est effectuée et le montant de celle-ci.

Pour le Medef, le Gouvernement s'entête donc dans la mise en place d'une réforme conçue sans réelle concertation et qui fera des entreprises des collecteurs d'impôts pour le compte de Bercy, avec un coût significatif voire particulièrement lourd pour les TPE et PME. Sur la base du rapport de l'inspection des finances, le coût de la mise en place du prélèvement à la source serait de 50 € par salarié pour les TPE contre 8 € pour les grandes entreprises, affirme la Confédération des petites et moyennes entreprises. Seule consolation pour les entreprises, l'amende minimale pour défaut de déclaration de la retenue à la source serait divisée par deux, passant à 250 € par déclaration manquante."

Pascale Carbillet
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fonds de commerce : création, achat, reprise et vente
par Maître Sophie Petroussenko
Services