×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

Le recrutement dans les PME doit être au coeur de la réforme, édito du journal du 31 août 2017

Juridique et social - mercredi 30 août 2017 09:20
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Selon un sondage réalisé par Harris Interactive du 8 au 10 août, "91 % des Français jugent que le recrutement dans les PME doit être une priorité du quinquennat d'Emmanuel Macron". Une prise de conscience collective du rôle et de la place des PME dans l'emploi et l'économie française dont s'est réjouie la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) dans un communiqué. Pour elle, "il est impératif de créer les conditions permettant aux entrepreneurs d'être suffisamment confiants pour embaucher". Une confiance qui ne pourra résulter que de "la stabilité des textes et des normes tant en matière sociale que fiscale ou environnementale", ainsi que du coût du travail. Mais surtout, il est indispensable que "les règles applicables soient le plus simple possible et prennent en compte la réalité des PME", insiste la confédération.

La présentation, jeudi 31 août, des ordonnances réformant le code du travail permettra d'apprécier si le Gouvernement est sur la même longueur d'onde. En revanche, l'organisation patronale déplore l'annonce par le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, du doublement du plafond du chiffre d'affaires permettant de conserver le statut de micro-entrepreneur (anciennement appelé auto-entrepreneur). Elle rappelle "les conditions fiscales et sociales spécifiques dont bénéficient les auto-entrepreneurs qui entraînent une concurrence déloyale par rapport aux autres formes [de sociétés]". Et de conclure qu'une "France d'auto-entrepreneurs ne pourrait ni investir massivement ni embaucher."

Pascale Carbillet
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR : les conditions de travail (+ modèles de lettres)
par Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot
Services