×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

Le blues des patrons de PME - Édito du journal du 10 novembre 2016

Juridique et social - mardi 8 novembre 2016 17:22
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Selon une étude publiée le 3 novembre par Bpifrance, la banque publique d'investissement, trois dirigeants de petites et moyennes entreprises (PME) sur quatre se disent isolés ou très peu entourés dans le cadre de leur activité. Pas moins de 2 400 dirigeants de PME et d'entreprises de taille intermédiaire (ETI) ont été interrogés pour les besoins de cette enquête.

"Le doute, renforcé par l'incertitude et la complexité du monde, constitue d'assez loin le premier facteur de solitude du dirigeant", indique l'étude. Le manque de reconnaissance et la défiance à l'égard des dirigeants sont cités en deuxième position. Les dirigeants de PME et ETI ont le sentiment de ne pas être compris ni entendus des administrations publiques qui produisent des lois et des réglementations contraignantes définies pour les grandes entreprises. La difficulté à s'entourer, aussi bien en interne qu'en externe, constitue la troisième cause de leur isolement, selon eux. Ainsi, 86 % déplorent des difficultés de recrutement, dont 42 % de façon chronique. Ils estiment leurs moyens insuffisants pour recourir à des prestations de conseil.

Alors qu'ils contribuent à 55 % du PIB et à la création de deux emplois sur trois, les dirigeants de PME et ETI bénéficient de peu de valorisation ou de reconnaissance sociale. C'est donc aussi au niveau collectif ou politique qu'il faut combattre cet isolement, recommande Philippe Mutricy, directeur des études de Bpifrance.


Pascale Carbillet
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gouvernantes et service hôtelier
par Corinne Veyssière
Services