×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

Les possibilités pour faire baisser le montant de son loyer

Juridique et social - mercredi 9 décembre 2015 15:35
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Si le loyer d'un bail commercial 3-6-9 résulte d'un accord entre le propriétaire et le locataire, son montant peut toutefois évoluer tous les trois ans (révision) ou à son terme, au bout de neuf ans (renouvellement). Des clauses peuvent également faire évoluer le loyer annuellement.



Le régime du bail commercial a été modifié par la loi du 18 juin 2014, dite loi Pinel, sur la question du loyer, de la répartition des charges et de la cession. Ces dispositions s'appliquent pour les baux renouvelés ou conclus à partir du 1er septembre 2014.

Le loyer d'un bail commercial 3-6-9 est le fruit d'un accord entre le propriétaire et le locataire. Son montant peut toutefois baisser en cours de bail, tous les trois ans (révision) ou à son terme, au bout de neuf ans (renouvellement). Des clauses initialement prévues peuvent également faire baisser le loyer annuellement.

 

Les diverses possibilités de faire baisser son loyer


Une révision indexée sur l'ILC

Tous les trois ans, le locataire peut demander la révision à la baisse du montant de son loyer. En principe, celle-ci est indexée sur l'indice des loyers commerciaux (ILC, 108,38 au 2e trimestre 2015) et éventuellement l'indice des activités du tertiaire (Ilat). Ces deux indices remplacent l'indice du coût de la construction (ICC), qui était trop fluctuant et au détriment du locataire. Si l'ILC est en baisse, alors le locataire pourra demander la diminution de l'augmentation de son loyer. La demande de révision peut être faite dès le lendemain de l'expiration de la période triennale par acte d'huissier ou lettre recommandée avec accusé de réception.

Déduction du pas de porte dans ses bénéfices

Souvent, un pas de porte est demandé par le propriétaire des locaux à l'entrée des locataires dans les lieux. Le bailleur va souhaiter se prémunir contre le risque de décalage entre le montant indexé du loyer et la valeur locative réelle des locaux. Il s'agit donc pour lui d'un supplément de loyer versé par avance, par le locataire. Dans ce cas, le locataire peut le déduire de ses bénéfices.

 

Les facteurs locaux de commercialité

Il est aussi possible de faire baisser le loyer tous les trois ans si les facteurs locaux de commercialité se dégradent. Ce sont des éléments commerciaux tels que la baisse substantielle du nombre d'habitants autour du local ou du nombre de bureaux, la disparition d'un commerce de grande notoriété, d'un service administratif, d'une grande entreprise ou encore la suppression de lignes de transports publics. Cette dégradation doit entraîner une baisse de fréquentation et avoir un impact direct sur l'activité du locataire, pour qu'il puisse s'en servir afin de faire baisser son loyer. Il n'existe pas de limite légale quant à la baisse du loyer susceptible d'intervenir. Dans le cas inverse, la hausse du loyer résultant de l'amélioration des facteurs locaux de commercialité est plafonnée et ne peut conduire à des augmentations supérieures pour une année à 10 % du loyer acquitté au cours de l'année précédente.

 

Clause d'échelle mobile et clause recettes

Une clause d'échelle mobile ainsi qu'une clause recettes peuvent être conclues avec le propriétaire des murs afin de réviser le loyer à tout moment. Cette révision peut être demandée si le loyer actuel a été modifié de plus d'un quart par rapport au loyer précédemment fixé contractuellement. La hausse est néanmoins limitée à 10 % du loyer acquitté au cours de l'année précédente.

Une clause recettes est basée sur le chiffre d'affaires ou les recettes du locataire exploitant.

Dans ces deux situations, le locataire peut demander la baisse de son loyer, soit parce son montant réel a augmenté de plus d'un quart (clause d'échelle mobile), soit parce qu'il a subi une diminution de ses recettes (clause recettes). Le contexte économique actuel favorise ces types de clauses qui peuvent néanmoins se retourner contre le locataire en cas d'augmentation des recettes, ces clauses agissant à la hausse comme à la baisse.

Lorsque la durée du bail commercial excède douze ans, par tacite reconduction, ou qu'il a été déspécialisé par le propriétaire, la loi prévoit là aussi un déplafonnement possible du montant du loyer aussi bien à la hausse qu'à la baisse. 


Maître Sophie Petroussenko, Avocat à la Cour, cabinet d'avocats Petroussenko
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Evaluer, acheter et vendre un fonds de commerce en CHR (avec tableur d’estimation)
par Jean Castell
Services