×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

L'urgence climatique au coeur de la convention annuelle des Collectionneurs

Hôtellerie - lundi 14 novembre 2022 11:11
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) Xavier Alberti a ouvert la réunion annuelle du réseau d'hôteliers-restaurateurs en rappelant la volonté du groupe d'agir immédiatement pour lutter contre les défis écologiques, avec comme priorité la réduction des émissions de CO2.



 

“Nous avons la volonté d’agir pour répondre à deux défis qui nous paraissent historiques : le défi climatique et le défi social”, déclare Xavier Alberti, président du groupe Majorian, en introduction de la convention annuelle des Collectionneurs, le 7 novembre dans le cadre du salon Equiphotel, à Paris. Le groupe a décidé de mettre l’humain et le vivant au cœur de sa politique économique et d’écrire cette volonté dans ses statuts.

Pour accélérer ces changements, le réseau des Collectionneurs donne la priorité à quatre axes. Il s’agit d’abord d’aider les adhérents à bien acheter pour préserver leur compétitivité tout en étant écologiquement plus vertueux, à recruter et à fidéliser leurs collaborateurs grâce à une politique sociale optimisée, à réduire l’empreinte carbone des établissements grâce à la création du calculateur Clorofil, et enfin à apprendre à communiquer sur les engagements pris par le réseau et la façon dont ils sont tenus.

 

S’engager immédiatement

Xavier Alberti insiste : pour que ces changements interviennent, il est indispensable que les professionnels aient envie d’agir. Et de rappeler les trois grandes raisons qui doivent les inciter à changer de modèle. Tout d’abord, parce que les hôtels et restaurants existent grâce aux ressources humaines et au cadre de vie. “Vous êtes fondés sur la nécessité de rendre pérennes vos environnements et les savoir-faire de vos équipes. Sans patrimoine, sans terroir, sans produits, nous n’avons plus de raison d’être”, martèle le président directeur général. Ensuite, parce que face aux enjeux sociaux et environnementaux, l’action doit être immédiate : “[Ceux-ci] ressemblent à un tsunami : on les voit arriver de très loin, sans bouger, mais quand la catastrophe est là, il est déjà trop tard.”

Enfin, la dernière raison pour agir est liée à l’empreinte que les professionnels laissent par leur travail, une idée forte empruntée à Alain Ducasse, fondateur et président des Collectionneurs, pour qui la trace que l’on laisse dans sa façon de travailler est fondamentale. “Nous laissons tous une empreinte, celle de la façon dont on traite le vivant dans nos vies, dans nos métiers, des responsabilités que l’on a prises ou non.”

Plusieurs tables rondes, auxquelles ont participé notamment Alain Ducasse, Nadia Sammut, chef étoilée très engagée sur les sujets environnementaux et sociaux, ou encore Emmanuel Petit, fondateur d’Eklo Hôtel, ont prolongé la vision proposée par Xavier Alberti. Les participants ont expliqué comment “décarbonner le tourisme”, souligné la responsabilité du chef dans la mise en place d’une restauration durable et ont présenté les mesures prises pour valoriser les ressources humaines dans le réseau. “La contrainte du peu nous entraine à faire mieux, mais on ne peut rien faire seul”, rappelle Alain Ducasse. Et Nadia Sammut d’insister : “On n’est jamais assez à essayer de faire du bien.”

#XavierAlberti #LesCollectionneurs #AlainDucasse #EquipHotel


Roselyne Douillet
Journal & Magazine
N° 3786 -
25 novembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Idées simples pour doper les recettes de votre restaurant
par Bernard Boutboul
Services