×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Emploi de personnes en lutte contre les addictions : les clients saluent l'engagement de l'Hôtel du parc

Hôtellerie - vendredi 12 août 2022 11:35
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Lons-Le-Saunier (39) Avec un taux d'occupation frisant les 100 %, des demandes de réservation croissantes qui ont motivé l'ouverture d'une annexe le 1er juillet dernier, l'hôtel-restaurant du parc, géré par une association d'insertion et lutte contre les addictions (l'ADLCA), fait figure d'ovni. Portrait d'une réussite humaine.



On leur réapprend à se lever, à marcher, à avoir des contacts sociaux et à exécuter des tâches qui nous semblent minimes mais qui sont un énorme pas pour eux”, confie Fabrice Grimaut, directeur général de l'Hôtel du parc, dans le centre-ville de Lons-le-Saunier (Jura). Ouvert en 2000, l'hôtel emploi au total une quinzaine de salariés (deux personnes en cuisine et quatre en réception et au service qui accompagnent dix personnes en réinsertion : deux au service, en cuisine à la plonge, en chambre et deux veilleurs) avec un vécu compliqué. Car cet hôtel-restaurant de 34 chambres “n'est pas un établissement traditionnel, souligne Philippe Antoine, président de l'ADLCA, une association d'insertion et lutte contre les addictions. Nous sommes avant tout là pour faire de la réinsertion. C'était la volonté du docteur Bénichou, fondateur de la structure.

 

100 à 150 personnes réinsérées

Une vocation qui implique des contraintes en matière d'organisation : “Les personnes accueillies souffrent d’addiction et sont chez nous pour deux années en réinsertion avant d'intégrer le circuit traditionnel, détaille Fabrice Grimaut. Elles travaillent au ralenti et, pour une tâche, il faut trois personnes. Les postes sont donc doublés sur une année. Les professionnels que nous recrutons en parallèle sont prévenus qu'ils auront à gérer et encadrer une personne en réinsertion. Car le but n'est pas de faire à leur place mais de les faire avancer et d'être au plus près de la réalité.” Sur l'hôtel, entre 100 et 150 personnes vont jusqu'au bout du cursus et sont réinsérées.

Une gestion qui fonctionne parfaitement et se ressent sur les résultats de l'établissement : “Certains clients ne s'aperçoivent pas du fonctionnement particulier, même si des panneaux explicatifs ont été disposés dans les chambres”, analyse Philippe Antoine. Les retours clientèles sont élogieux et le taux d'occupation frise les 98 %. “On continue à refuser des réservations”, se réjouit Fabrice Grimaut, malgré une politique tarifaire similaire à celle du marché (de 76 € à 102 €). “Mais nous ne nous comparons pas aux autres, car nous restons un établissement à part.” Face à la demande, l'ADLCA a donc choisi de créer une annexe de 3 étages (2,3 M€ financés par la région, le conseil départemental et la ville de Lons) avec 15 chambres, dont 3 PMR, qui viennent s'ajouter aux 16 chambres du bâtiment originel, situé de l'autre côté de l'avenue. À celles-ci s'ajoutent un espace bien-être avec spa, jacuzzi, hammam privatisables et un rooftop.

Ouvert le 1er juillet dernier, l'hôtel affichait complet dès le lendemain. “La qualité de l'accueil joue forcément, analyse Fabrice Grimaut, car apporter un service maximum fait partie de la formation. D'autres facteurs entrent en ligne de compte : un manque de lits et d'établissements 3 étoiles sur le territoire : nous sommes deux à Lons-le-Saunier. Il y a également la volonté des clients de donner un coup de main à notre structure.

#reinsertion #solidarite #hotelduparc #lonslesaunier


Myriam Henry
Journal & Magazine
N° 3780 -
02 septembre 2022
N° 3781 -
16 septembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR : les ruptures du contrat de travail (+ modèles de lettres)
par Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot
Services