×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Google va payer 1,1 million d'euros pour "classement trompeur" des hôtels

Hôtellerie - lundi 15 février 2021 16:15
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés




Une enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des Fraudes (DGCCRF), initiée en 2019, a permis de démontrer le caractère trompeur du classement des hôtels par Google, notamment sur son moteur de recherche. Après accord du procureur de la République de Paris, les sociétés Google Ireland Ltd et Google France ont accepté de payer une amende de 1,1 M€ dans le cadre d’une transaction pénale.

L’organisme de contrôle avait été saisi par des hôteliers qui dénonçaient l’affichage sur Google d’un classement trompeur des hébergements touristiques. Après avoir étudié les notations de 7 500 établissements, la DGCCRF a constaté que Google “avait substitué au classement Atout France une classification établie selon ses propres critères”, indique le ministère de l’Économie dans un communiqué.

La confusion émanait à la fois de la présentation adoptée par Google et de l’utilisation du terme ‘étoiles’ selon la même échelle allant de 1 à 5 que celui d’Atout France, pour classer les hébergements touristiques. “Cette pratique était particulièrement dommageable pour les consommateurs, trompés sur le niveau de prestations auxquels ils pouvaient s’attendre au moment de réserver un hébergement. Il en résultait également un préjudice pour les hôteliers dont les établissements étaient présentés à tort comme moins bien classés que dans le classement officiel d’Atout France”, poursuit le ministère. Le parquet de Paris, saisi par la DGCCRF, a conclu que ce classement constituait “une pratique commerciale trompeuse”.

Depuis septembre 2019, Google a corrigé ses pratiques et utilise dorénavant le classement délivré par Atout France lorsqu’elle communique sur le nombre d’étoiles détenues par les établissements français.

#Google

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR : les ruptures du contrat de travail (+ modèles de lettres)
par Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot
Services