×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Accor annonce un milliard d'euros de pertes pour 2020

Hôtellerie - mardi 1 décembre 2020 10:51
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      





Le groupe hôtelier Accor a annoncé le 30 novembre dans un communiqué un résultat net en perte de plus d’un milliard d’euros pour l’année 2020. Toutefois, le géant français se félicite de la confiance des investisseurs, après avoir procédé à l’émission d'obligations convertibles en actions nouvelles et/ou échangeables en actions existantes (OCEANE) sous la forme d'obligations convertibles, pour un montant de 500 M€. “Le succès de ce placement reflète la confiance des investisseurs dans les fondamentaux du groupe et sa capacité à exécuter sa stratégie dans le contexte inédit que traverse l’industrie hôtelière”, précise le communiqué.

Le groupe reste également confiant devant les “premiers signes tangibles de reprise en Asie et dans le Pacifique, renforcés par les annonces des premiers vaccins anti-Covid”. Accor ambitionne ainsi un retour à “un excédent brut d’exploitation positif dès 2021, dans l’hypothèse d’une absence de troisième vague de la pandémie, et de la réouverture des frontières avant la fin du premier trimestre 2021”.

Le groupe avait annoncé fin août un plan d’économies devant déboucher sur la suppression de 1 000 emplois dans le monde, donc 300 à 400 en France.