Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Au Havre, l'hôtel des Gens de mer "accueille les visiteurs dont personne ne veut"

Hôtellerie - jeudi 4 juin 2020 12:25
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Le Havre (76) L'établissement 2 étoiles reçoit aussi volontiers des migrants, des mineurs non accompagnés, des marins, des ouvriers que des touristes à la découverte de la Normandie. Un mélange des genres entretenu, avec finesse et empathie, par un directeur à la fibre sociale, Laurent Lozano. Cette diversité de clientèle a accessoirement préservé l'activité pendant la crise du Covid-19.



 

“L’hôtel des Gens de mer est un grand navire amarré en plein centre-ville du Havre. D’ailleurs, on appelle les chambres des cabines. Les fenêtres ressemblent à des hublots. Il y a des encres rouges imprimées sur la moquette. L’ambiance années 1970 est très kitsch”, s’amuse son directeur Laurent Lozano. L’établissement fut créé en 1946 pour loger les marins en escale. “Au premier étage résident une vingtaine de mineurs non accompagnés [MNA]. Des migrants qui viennent du Mali, de Guinée, du Maroc… Ils nous sont adressés par le département qui règle la note. Aujourd’hui, ils sont une vingtaine en chambre individuelle. Avant le confinement, ils étaient le double. Leur passage est transitoire le temps d’obtenir un logement ou de devenir majeur. C’est notre choix de les accueillir. Mon employeur et moi-même sommes attachés à la mixité sociale même si elle impose, dans une entreprise hôtelière, des aménagements voire des renoncements.”

Laurent Lozano  a dû séparer les différents publics : “Au deuxième étage, à part, on loge les marins en escale. Ils sont plus rares de nos jours. Les armateurs veulent de moins en moins dépenser de l’argent pour de simples marins. Certains restent sur des canapés pour ne pas occuper de chambre. Le troisième étage est réservé aux touristes qui visitent la Normandie. À 50 € la chambre, c’est avantageux.”

“Certains réagissent mal lorsqu’ils croisent nos autres occupants. Des clients annulent parfois lorsqu’ils découvrent des commentaires excessifs déposé sur internet qui nous présente comme un foyer de migrants. Lors des réservations, je n’ai pas à spécifier que nous logeons trois marins philippins ou quatre mineurs africains. Ce n’est pas toujours simple d’avoir un engagement solidaire alors qu’au quotidien, nos locataires ne posent pas de problème. Ils respectent les règles, ne font pas sécher leurs chaussettes aux fenêtres”, s’emballe le directeur qui manage une équipe d’une dizaine de collaborateurs fidèles : “Une femme de chambre vient de prendre sa retraite après quarante-quatre ans dans l’entreprise. Les autres sont là depuis plus de dix ans !”

 

Exigence de rentabilité

Héberger une clientèle sociale n’est pas dénué d’avantages commerciaux pour une entreprise soumise à une exigence de rentabilité. “Pendant le confinement, nous étions ouverts. Certes les touristes n’étaient pas là, les ouvriers en déplacement non plus mais notre activité était plus soutenue que les autres hôtels du Havre avec nos mineurs et des marins restés bloqués chez nous. Nous étions candidats pour accueillir aussi des malades en quarantaine mais nous n’en avons reçu aucun. Les autorités préféraient des agencements en motel avec des chambres en accès direct par l’extérieur”, explique Laurent Lozano avec son accent chantant de Carcassonne.

Marié à une Dominicaine, le quinquagénaire a dirigé des hôtels en République dominicaine, à Haïti, Saint-Martin et en Alsace avant de rejoindre, début 2019, cet établissement singulier. “Avant mon arrivée, le lieu recevait traditionnellement des publics dont les autres hôtels ne voulaient pas. J’ai poursuivi ce projet social. Je suis un voyageur. Mon couple est mixte. Ouvrir ses portes à tous est une valeur de base pour moi même si je ne suis pas un philanthrope. L’hôtel doit être profitable !”, souligne-t-il.

 #LaurentLozano

 


Francois Pont
Popinns : un groupe hôtelier aussi à l'aise dans l'hôtellerie de luxe que sociale

Sept hôtels des Gens de mer ont été créés en 1946 pour loger les marins en escale, à Marseille, Lorient, Concarneau, Brest, Dunkerque ou encore au Havre. Administrés par l’association pour la gestion des institutions sociales maritimes (AGISM), les sept établissements des Gens de mer sont cédés en 2016 à Popinns, la branche hôtelière du groupe français Doctegestio. “Nous avons 83 établissements, de la Cocoteraie en Guadeloupe au Château Golf des 7 tours à Courcelles-de-Tourraine, en passant par des hôtels en station thermale ou des résidences de vacances”, explique Laurent Lozano.

En complément :
  Lien vers le site du groupe Popinns
Journal & Magazine
Services