Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Retour d'expérience : Préparer une ouverture d'hôtel pendant le confinement

Hôtellerie - lundi 18 mai 2020 16:59
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

La Rochelle (17) Trois jours après avoir signé l'achat de leur hôtel, la Villa Grand Voile, Christopher Coutanceau et Nicolas Brossard apprennent la décision d'Emmanuel Macron de confiner la population. Un départ un peu bouleversé pour leur nouveau projet. Cette période aura finalement eu des avantages, tant au niveau du recrutement, de la formation que de la mise à jour du site internet. Rencontre avec Caroline Brossard, la directrice de l'hôtel.



Le chef Christopher Coutanceau et son associé, Nicolas Brossard, avaient à cœur de créer un lieu pour accueillir la clientèle de leur restaurant 3 étoiles Michelin, à La Rochelle (Charente-Maritime) : “Nous voulions pouvoir installer nos clients dans un lieu à notre image", confient-ils. C’est ainsi qu’ils signaient, le 12 mars dernier, soit trois jours avant le début du confinement, l’achat de la Villa grand Voile, Relais & Châteaux, comptant trois suites et huit chambres en plein centre-ville. Caroline Brossard, directrice de l’établissement, revient sur les événements marquants de ces deux mois de confinement.

 

L’Hôtellerie Restauration : Comment avez-vous vécu cette période de confinement ?  

Caroline Brossard : C’est une période un peu compliquée. L’annonce du confinement a bien sûr été la douche froide, mais il faut aller de l’avant. On sait que ce n’est que partie remise. Nous avons hâte de voir les premiers clients franchir la porte de l’hôtel et de savoir s’il leur plaît autant qu’à nous. Quand on a un projet, on a tous envie de le voir se réaliser. A priori, ça va dans le bon sens.

 

Avez-vous pu mettre à profit cette période ?

Nous souhaitions avancer sur beaucoup de points mais nous étions aussi bloqués chez nous. Nous avons quand même pu préparer l’ouverture, notamment concernant l’organisation des équipes, car nous ne travaillerons pas comme prévu, nous devons revoir la partie hygiène… Nous en avons profité pour suivre des formations dans ce domaine et mettre à jour nos protocoles pour éviter au maximum les contacts, sans rogner sur la qualité de service.

Nous étudions actuellement l’achat d’une machine qui vaporise une substance virucide pour les chambres, car il y a beaucoup de tissus, comme les rideaux ou les fauteuils, qu’il faudrait traiter. Évidemment, l’investissement dans la technologie est aujourd’hui primordial, il faut dématérialiser le maximum de choses, comme les livrets d’accueil... Les check-in et check-out ne se dérouleront plus de la même façon.

Le confinement nous a aussi permis de travailler sur toute la réécriture de notre site, sur l’image de marque, la relation entre l’hôtel et le restaurant. Nous avons également changé de logo.

Maintenant, nous essayons de savoir ce que nous devrons mettre en place pour la sécurité de nos clients et de nos employés. On ne sait pas toujours vers qui ni quoi se tourner. Nous avons gardé beaucoup de contacts avec les Relais & Châteaux. C’est en discutant avec nos confrères qu’on a des idées et cela nous permet d’avancer.

 

Aviez-vous déjà embauché tout votre personnel ?

Nous avons avancé sur le recrutement des personnes clés de l’entreprise pendant ces deux mois, mais une partie du staff avait déjà été embauchée. Nous avons donc gardé le contact avec eux tout au long du confinement. C’est important d’honorer nos engagements, de nous assurer qu’ils sont toujours motivés pour travailler avec nous. Nous voulons rassurer notre personnel sur le fait que l’hôtel va bien ouvrir. Dès qu’il y a du nouveau, on les appelle, on communique aussi sur les changements futurs dans leurs tâches, dans leur quotidien. J’ai l’impression de déjà les connaître un peu alors que j’ai n’ai jamais rencontrés certains d’entre eux. Skype et le téléphone ont été nos alliés.

 

#LaRochelle #Coronavirus #NicolasBrossard #ChristopherCoutanceau #CarolineBrossard 


Romy Carrere
L'esprit des lieux

L'hôtel a été créé dans une ancienne maison d'armateur datant de 1715, entièrement rénovée dans un style rétais, tout en mêlant l'ancien et le contemporain. Les onze chambres ont toutes été conçues dans un style différent. Pour respecter l'esprit du lieu, les propriétaires ont gardé quelques objets déja présents, comme les lustres en cristal de Murano, des baignoires de style anglais, la robinetterie.

 

En complément :
  Christopher Coutanceau, nouveau 3 étoiles Michelin 2020
Journal & Magazine
#CORONAVIRUS
Offre spéciale d'abonnement gratuit jusqu'au 30 juin 2020
Services