Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Chantage aux punaises de lit : comment s'en débarrasser

Hôtellerie - jeudi 12 décembre 2019 11:38
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Paris (75) Il ne s'agit pas d'un phénomène de masse mais d'une nouvelle tendance qui se dessine. Les plaintes évoquant l'infestation d'hôtels par les punaises se multiplient sur les sites de commentaires en ligne. Bien souvent, c'est un prétexte pour alléger la note. Pour éviter la perte de réputation, des solutions existent, à conditions de réagir vite.



‘Attention, punaises’, ‘Fuyez, les punaises de lit sont là’… il suffit de taper le mot ‘punaise’ sur un site de commentaires en ligne pour constater la nouvelle prolifération de ce thème dans les avis menaçants, souvent couplés à des demandes de remboursement. C’est le cas, par exemple, de d’un couple de septuagénaires qui, de Montluçon à Gréoux-les-Bains, d’Amélie-les-Bains à Phuket en Thaïlande voit, photos à l’appui, des insectes partout, de la saleté voire des déjections de rats et s’indigne, dans plusieurs de leurs contributions, que leur demande de remboursement par lettre recommandée n’ait pas abouti. À l’avenir, la gestion des mauvais coucheurs pourrait se révéler aussi urticante que le combat contre les hétéroptères.

 

Ne pas se soumettre aux allégations mensongères

“L’été, sur l’Île Saint-Louis, on enjambe les matelas infestés, abandonnés sur les trottoirs, des locations saisonnières. C’est à voir !”, explique Nathalie Heckel, qui dirige l’hôtel du Jeu de Paume dans ce quartier historique de Paris (IVe). “Les petites bêtes sont ma hantise. Alors entre chien renifleur de punaises, housse anti-insecte et pieds de lit révolutionnaires, l’hypothèse d’une piqûre sur l’un de nos lits est totalement exclue. C’est ce que j’ai répondu à une cliente qui affirmait le contraire dans un commentaire. Je note que les plaintes proviennent souvent des clients américains. C’était plus de la bêtise que de la volonté de nuire, car elle ne demandait rien. La réponse à son avis fut une formidable occasion de rassurer nos clients sur les moyens imparables mis en place pour les protéger de ce fléau”, ajoute l’hôtelière.

Le sujet est effectivement hautement sensible. “On ne prononce jamais le nom de punaise. Avec les clients, on parle de ‘truc’, ‘machin’ voire des ‘bêtes’”, raconte Kévin Wolak, de H2MAT, une société qui apporte des solutions innovantes aux hôteliers pour les débarrasser de la calamité des insectes piqueurs. “Les hôteliers nous expliquent leur désarroi quand ils font face à des clients de mauvaise foi dont les piqûres invoquées ne correspondent pas à celles, caractéristiques, des punaises. Lorsque des commentaires en ligne invoquent la présence de ces nuisibles alors que l’hôtelier n’en a même pas été informé pendant le séjour, c’est de la pure malveillance. Il y a aussi les phobiques qui voient des insectes là où il n’y en a pas, sans imaginer les conséquences que ce type d’allégations ont pour les hôteliers”, ajoute Julie Gaultier, fondatrice de DogScan et propriétaire de deux chiens renifleurs qui détectent à presque 100 % la présence des insectes hétéroptères. “Nous pouvons lever le doute grâce à nos chiens et fournir une attestation opposable à des accusations infondées.”

#DogScan #H2MAT #HotelduJeudePaume


Francois Pont
Des outils efficaces pour lutter contre les punaises et le chantage au faux avis

“Nous avons conçu une chambre de congélation à – 40 °C pour traiter literie, sommiers, mobilier, canapés... Le froid est imparable et n’altère ni les matériaux ni les colles. Pendant le traitement, nous proposons aux hôteliers un mobilier de remplacement”, explique Kevin Wolak. Avant l’intervention de H2MAT, le diagnostic des chiens renifleurs sera imparable.Julie Gaultier, de Dogscan, place une larve dans une bouteille, introduite dans une autre, elle-même dans une troisième. Elle dissimule l’ensemble dans l’hôtel, et son chien la trouve. C’est hallucinant ! C’est pourquoi, elle peut certifier de l’absence de punaises”, explique Nathalie Heckel. Alors, en cas d’accusations délibérément mensongères, les hôteliers incriminés seront fondés à demander, en justice, réparation du préjudice à l’appui, par exemple, d’une attestation de détection, engagée sans délai (idéalement le jour même), par des chiens renifleurs. Dès lors, le client de mauvaise foi pourrait connaître de véritables démangeaisons nocturnes.

En complément :
  Site Internet de H2MAT
  Site Internet de DOGSCAN
Journal & Magazine
Bulletin inscription abonnement gratuit
Services