×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Le Logis de la Cadène joue la complémentarité

Hôtellerie - vendredi 14 avril 2017 10:04
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Saint-Emilion (33) À Saint-Emilion, la famille de Boüard de Laforest, propriétaire viticole, est à la tête de trois petits établissements proposant une offre complémentaire, entre chambres classées 2 étoiles, suites et restaurant étoilé Michelin.




En 2013, lorsque le Logis de la Cadène, à Saint-Emilion (Gironde) - le plus ancien restaurant du village - est mis en vente, la famille De Boüard de Laforest, propriétaire du Château Angélus, n'hésite pas. "J'avais en tête de racheter un restaurant pour que les visiteurs de notre château puisse prolonger leur expérience autour d'un accord mets-vins. Le Logis se situe en plein coeur du village historique de Saint-Emilion, c'est fantastique", raconte Stéphanie de Boüard-Rivoal, directrice générale adjointe du Château. L'établissement comptait quatre chambres : "nous en avons crée une cinquième, et avec l'aide du décorateur d'intérieur Laurent Chateau, nous avons tout rénové dans un style rustique chic confortable, en utilisant des matériaux bruts. Rapidement les retours ont été très bons et nous nous sommes projetés dans l'acquisition de chambres supplémentaires, avec l'objectif d'en proposer une vingtaine", ajoute t'elle. À 200 mètres du Logis, la famille a donc racheté en 2016 une maison, réaménagée dans le même esprit et standing : quatre suites, des espaces détente et bien-être, et une cuisine d'hiver dans laquelle Alexandre Baumard, le chef du restaurant du Logis de la Cadène, étoilé cette année, donnera bientôt des cours de cuisine aux clients. "Proposer des prestations de divertissement comme les nôtres - salle de sport, bibliothèque, salons ou billard - est rare dans les établissements de Saint-Emilion", assure t'elle.


Synergies et mutualisation

Dans l'idée de cibler une autre clientèle, "nous avons racheté en mars, à 100 mètres du Logis, l'Auberge de la Commanderie, un hôtel 2 étoiles de 17 chambres pour un positionnement complémentaire. Il est actuellement ouvert, mais pour rappeler l'esprit du Logis et de la Maison, nous referons la décoration lors de la fermeture hivernale", souligne la directrice. Le taux d'occupation de l'hôtel est proche de 80 %, avec des tarifs allant de 70 à 190 € selon la chambre et la saison. Le Logis et la Maison accueillent beaucoup de clients étrangers (70 % de la clientèle), et affichent un taux d'occupation de 65-70 % pour des chambres de 190 à 320 €. "Cela nous permet de mutualiser le personnel. Nous voulons par ailleurs créer des synergies entre ces trois lieux. J'aimerais que le restaurant soit un point central", dit-elle.


Laetitia Bonnet Mundschau
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en CHR : outils pratiques
par Jean-Claude Oulé
Services