×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Fahrenheit 7, hôtel urbain chic à la montagne

Hôtellerie - mercredi 21 décembre 2016 10:55
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Val-Thorens (73) L'ouverture de ce 4 étoiles à l'esprit vintage confirme la montée en gamme de Val Thorens, où neuf établissements de catégorie supérieure ont vu le jour en cinq ans.




Pour la 3e année consécutive, Val Thorens a été élue meilleure station du monde par les World Ski Awards. Quatre hôtels 5 étoiles et cinq 4 étoiles y ont vu le jour ces cinq dernières années. Le dernier en date est le Fahrenheit 7, ancien hôtel Mercure ouvert en 1973, l'un des tout premiers de station. "Il ne reste rien, à part les garages. Tout a été revu et corrigé", souligne l'un des trois repreneurs, figure emblématique de Val Thorens, Dominique Tournier. Celui-ci est notamment connu pour son rôle d'ancien entraîneur du skieur Adrien Théaux et pour avoir fondé la mythique Folie Douce de Val Thorens, avec Luc Reversade.

Les familles Unger et  Vidoni se sont également associées dans la réalisation du Fahrenheit 7. Véronique Vidoni a géré le concept de décoration, prenant un parti pris étonnant en haute montagne : celui de créer un hôtel urbain chic, à l'esprit vintage évoquant les années 1970, date de la création de la station, bien loin des traditionnels chalets en bois.

 

Le flocon parfait

Pourquoi ce nom ? Culture montagne oblige, 7 degrés Fahrenheit (soit -13,89 °C) est la température de création du flocon parfait. Ce chiffre est pour les associés un porte-bonheur, et a été décliné un peu partout dans l'hôtel, jusqu'au nombre de chambres et suites : 107, et dans leur surface : 27, 37, 47 m². "Cet hôtel est un hôtel festif, imaginé pour prendre un verre et déjeuner sur la terrasse face aux pistes, sans pour autant avoir les oreilles cassées par la musique", explique Dominique Tournier. La cuisine a été confiée à Jérôme Godon, ancien chef de la Folie Douce. Le Fahrenheit Seven propose, outre ses quatre bars et restaurants, un endroit inédit dans la station, dédié aux amateurs de vin, le Zinc. De grands crus peuvent s'y déguster au verre : Château Pape Clément, Château Margaux ou encore Cheval Blanc (à partir de 50 € le verre).

"Nous avons voulu garder un bon rapport qualité-prix pour une hôtellerie de montagne 4 étoiles. Nos chambres ont un prix moyen de 210 €, petit déjeuner compris." Autre nouveauté, déjà très appréciée : au ski boutique, on ressort habillé de la tête aux pieds grâce à la location de vêtements, 16 € pour une tenue complète (veste et pantalon) et 3,80 € les accessoires (casque, gants, masque). Une façon de régler le problème des bagages à la montagne.


Fleur Tari
Journal & Magazine
N° 3763 -
07 janvier 2022
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Recettes de chef à chef
par Marcel Mattiussi
Services