Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Déco : les bienfaits de la couleur

Hôtellerie - mardi 6 décembre 2016 16:54
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Paris (75) Pour rompre avec la neutralité de certaines tonalités, architectes et décorateurs misent sur les couleurs. Vives ou acidulées, lumineuses ou douces, elles dynamisent une chambre, un lobby, une salle de bains. Démonstration avec la designer matali crasset.




"La couleur, c'est la vie." Pour matali crasset, parier sur un jaune, un orange ou un bleu, cela relève de "l'essentiel". "Quand on est petit, on aime certaines couleurs et cela évolue tout au long de notre vie. Retirer la couleur, c'est s'interdire de vivre", observe la designer. Si bien que dans les hôtels qu'elle a imaginés à Nice (Alpes-Maritimes), Paris ou encore à Nefta, en Tunisie, elle joue avec les tonalités et la spontanéité d'un accord, d'un rapprochement inattendu entre deux couleurs : "En général, cela fonctionne. Comme dans la vie d'ailleurs, qui, elle aussi, est faite de surprises."

Lorsqu'elle opte pour une tonalité "plein pot" sur un mur, "c'est pour structurer et créer des zones dans l'espace". Donner des repères aussi : "On reconnaît telle pièce à sa couleur, son usage, ses occupants et la façon dont ils y vivent. La couleur est un langage, poursuit matali crasset. Un langage plus universel que la forme. Lire une forme demande une interprétation, mais la couleur donne une interaction plus instinctive. La couleur participe à affirmer les choses." Avant de choisir une couleur, la designer scrute et dissèque, au fil de la journée, l'arrivée du soleil dans une pièce, un espace. Une façon d'appréhender la couleur "dans sa dynamique" et "au rythme de la vie qui se déploie dans un hôtel".

 

"Ne pas avoir peur de mélanger"

Pour matali crasset, c'est ainsi qu'un projet s'affine, se peaufine. "J'utilise la couleur comme une alliée. Elle me permet de casser les codes. Grâce à la couleur, je peux clarifier le scénario de vie proposé dans un espace." À l'instar de la chambre avec terrasse, conçue pour l'hôtel Dar Hi à Nefta, où l'on a l'impression de dormir dehors. Résultat : le bleu domine à l'intérieur, tel un clin d'oeil au bleu du ciel à l'extérieur.

"Les gens ont souvent peur de la couleur, car ils ont peur de se tromper dans leur choix." Or, matali craset part du principe que l'on peut les mélanger. Sa recette : "Il faut du dominant. Une couleur principale. Ensuite, on peut ajouter des ponctuels, des complémentaires." Elle opte volontiers pour "une couleur par espace". Puis, les assemblages se font "de façon naturelle"

Anne Eveillard
Ses astuces

matali crasset ne s'interdit aucune couleur. "Le bleu turquoise, par exemple, va agrandir une pièce et apporter de la luminosité. C'est comme une respiration. Ça vient pousser les murs", explique la designer. Quant à l'orange, elle le réserve aux pièces plus intimes, comme une chambre par exemple. "La couleur orange devient la première chose que l'on voit en se réveillantC'est cette couleur chaude, lumineuse, pleine d'énergie, qui va aider à se lever, devenir actif, ne pas se replier dans un intérieur, mais s'ouvrir sur l'extérieur, sortir du cocooning."
Journal & Magazine
Services