×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

À Paris, la surcapacité effraie

Hôtellerie - vendredi 8 juillet 2016 11:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Alors que les hôteliers de la capitale se sont focalisés - avec un succès relatif - sur la concurrence des plateformes de location, un autre facteur d'anxiété les rattrape : l'augmentation conséquente de chambres prévue dans les prochaines années.



Outre les dizaines de milliers d'annonces sur les plateformes de location en ligne, l'offre hôtelière à Paris devrait comptabiliser dans les cinq prochaines années 12 000 chambres supplémentaires à Paris et dans la Petite Couronne. En 2015, 20 nouveaux hôtels ont ouvert, totalisant 1 650 chambres. Si certains évoquent déjà des problèmes de surcapacité, la mairie de Paris a un avis différent : "Si on compare les 110 000 chambres de Paris et Petite Couronne avec les 130 000 de Londres, nous sommes loin derrière ! Et cela alors que nous sommes la première destination touristique", explique Jean-François Martins, adjoint à la maire de Paris chargé du sport et du tourisme. L'offre supplémentaire compte un certain nombre d'hostels, "une offre trop peu présente à Paris, qui ne compte que 8 000 lits contre 13 000 à 14 000 à Berlin."

Baisse des arrivées depuis 2015

Pour certains, cette augmentation rapide de chambres devrait avoir un effet négatif sur les taux d'occupation des hôtels, même si, dans l'absolu les arrivées internationales ne cessent de progresser (+ 4 à + 5 % par an dans le monde d'après l'Organisation mondiale du tourisme). Car la fréquentation des hôtels, déjà perturbée par les actes terroristes, la crise sociale, et maintenant le Brexit, risque de chuter encore un peu plus. En 2015, l'Italie (- 18,2 %), la Russie (- 36,1 %), l'Allemagne (- 6,6 %) ou encore le Japon (- 23,4 %) ont connu de fortes baisses de leurs arrivées. Le Royaume-Uni avait réussi à se stabiliser à + 1 %, mais c'était avant le Brexit, et la Chine avait continué de progresser (+ 41,8 %), tout comme les États-Unis (+ 5,5 %), grâce à un dollar avantageux par rapport à l'euro. En 2016, la situation s'aggrave. Au premier trimestre, les États-Unis (- 20,5 %) et la Chine (- 4,5 %) ont plongé. Seules les arrivées en provenance du Moyen-Orient ont augmenté (+ 4 %).

 

À Paris, en mars, le taux d'occupation moyen des hôtels a chuté de 6,52 points par rapport à mars 2015 (61,7 %). La situation a continué à se dégrader en avril (- 10 points) et mai (- 7 points). Et si certains pensaient que l'Euro 2016 allait permettre d'infléchir la tendance, il n'en a rien été. Pour les professionnels, le partenariat passé avec Abritel ne leur a pas été favorable, "même si c'était le meilleur moyen pour faire venir un grand nombre de personnes qui ne seraient pas allées à l'hôtel", estime Jean-François Martins. D'ailleurs convaincu de la pertinence de ce mode d'hébergement, la mairie explique approuver le concept mais pas l'utilisation dérivée qui en est faite : "L'économie de partage, oui. La spéculation, non", résume l'adjoint à la maire.

Catherine Avignon
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Idées simples pour doper les recettes de votre restaurant
par Bernard Boutboul
Services