Actualités
Accueil > Actualités > Formation - Écoles

Campus de la gastronomie : coup d'envoi de la rentrée 2019

Formation - Écoles - mardi 15 octobre 2019 09:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Angers (49) Inauguré en 2018 à Angers, le campus vient de faire sa 'rentrée gourmande'. L'occasion d'ouvrir le débat avec les étudiants de l'UFR Esthua tourisme et culture, de l'école supérieure d'agricultures et du CFA de la CCI de Maine-et-Loire.



De gauche à droite : l'éditeur Jean-Marc Savoye, Edith Giffard (groupe Giffard), le paludier Charles Perraud et Eric Grelier, président de la CCI.
© DR
De gauche à droite : l'éditeur Jean-Marc Savoye, Edith Giffard (groupe Giffard), le paludier Charles Perraud et Eric Grelier, président de la CCI.

 

L’amphi était plein, avec quelque 150 étudiants qui avaient répondu présent pour la ‘rentrée gourmande’ du Campus de la gastronomie, à Angers (Maine-et-Loire). Créé en 2018, ce campus fédère l'école supérieure d'agricultures (ESA), la CCI de Maine-et-Loire et son CFA, ainsi que l'université d'Angers, avec en première ligne l’UFR Esthua tourisme et culture, où des licences et masters ciblent les métiers de la gastronomie. “Le campus propose des formations de la  fourche à la fourchette, de la parcelle à la papille et du CAP jusqu'au doctorat”, a rappelé Eric Grelier, président de la chambre de commerce. Et pour amorcer cette rentrée 2019, un débat a eu lieu sur le thème : Gastronomie, terroirs et territoires.

Pour échanger avec les jeunes : Pascal Favre d’Anne, chef étoilé à Angers, Edith Giffard, directeur général délégué du groupe Giffard, Charles Perraud, paludier et membre fondateur de la Coopérative des producteurs de sel de Guérande, Eric Grelier et l’éditeur Jean-Marc Savoye, à l’origine d’une collection d’ouvrages intitulée Chemins gourmands.

 

Dynamiser le tourisme gourmand  

Les prises de parole ont permis de rappeler l’importance d’établir des liens forts entre producteurs et cuisiniers, surtout au niveau local, afin de doper une économie et de positionner une ville, voire une région dans une dynamique de tourisme gourmand. À ce titre, Olivier Etcheverria, géographe et maître de conférences à l’université d’Angers, a cité en exemple l’Auberge du vieux puits, à Fontjoncouse (Aude), où officie le chef étoilé Gilles Goujon. “Lorsque ce chef s’est installé, en 1992, le village, sans aucun commerce, ne comptait que 90 habitants, a expliqué l’universitaire. Aujourd’hui, le restaurant affiche trois étoiles, compte une cinquantaine de salariés et cela a permis de quasiment doubler le nombre d’habitants à Fontjoncouse. Preuve que l’on peut sauver un village avec la gastronomie.” Un récit destiné à faire réfléchir les participants à la table ronde et donner des idées aux étudiants présents.

#EricGrelier #PascalFavredAnne #EdithGiffard #CharlesPerraud #JeanMarcSavoye #ESA #CampusdelaGastronomie 


Anne Eveillard
Campus de la gastronomie : mode d'emploi

Pour cette rentrée 2019-2020, le Campus de la gastronomie propose 36 formations, dont des BTS production animale, production horticole et œnologie, une licence professionnelle des métiers des arts culinaires et des arts de la table (Macat) ou encore un master direction de projets spécialisation gastronomie et vin.

À cela s’ajoute deux nouvelles formations attendues en 2020 - une licence food & beverage et un DU entrepreneuriat en gastronomie française, en formation continue (350 heures) -, ainsi que deux programmes de recherche (Oenobiotour et Detourgo). En outre, le campus participera au prochain Salon des vins de Loire, les 3 et 4 février 2020 à Angers, avec la création d’un ‘bistrot éphémère’ par les étudiants de la licence pro Macat.

Journal & Magazine
Services