×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Formation - Écoles

Fidéliser ses salariés sans pénaliser l'entreprise

Formation - Écoles - mercredi 15 février 2017 14:56
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :


« Si le personnel est une charge importante pour l'entreprise, c'est également sa principale richesse. C'est en effet une ressource essentielle à la réalisation des objectifs ». Ce constat, juste réaliste, sert d'entrée en matière à un module de formation fort intéressant, mais peu connu, mis en place par l'Asforest sur la gestion de la masse salariale et la fidélisation du personnel dans l'hôtellerie et la restauration. « L'un ne va pas sans l'autre » assure Frédéric, formateur  au sein du centre de formation du GNI-Synhorcat.  Il faut, pour ce spécialiste de la gestion, entrer dans une « logique gagnant/gagnant. Pas de clients satisfaits sans une équipe motivée, pas de bons résultats sans une gestion appropriée de la masse salariale. Quoi faire ? Quels leviers actionner ? Motiver les salariés, valoriser leur action, les mettre au coeur de la productivité, les intégrer à une dynamique d'entreprise fidélisent. Pour y parvenir, il existe des moyens auxquels on ne pense pas forcément et qui ne pénalisent pas l'entreprise.  « Un serveur ne va pas se battre pour des ventes additionnelles pour gagner le SMIC. Il y a les primes de fin d'année mais on peut aussi articuler la politique de rémunération autour d'objectifs comme lancer un concours de desserts. Celui qui vendra, par exemple, le plus de tel dessert à plus forte marge que les autres, gagnera non pas une place, mais deux places pour un concert d'un groupe prisé par sa génération, pour un vendredi soir, qu'on lui accordera. N'oublions pas que l'augmentation des ventes fait grossir le ticket moyen ». Permettre au salarié de récupérer du pouvoir d'achat est un atout important, faire plaisir à son entourage aussi. Plusieurs possibilités exonérées de charges existent, comme les chèques cadeau - qu'on peut remettre pour les fêtes ou pour un anniversaire -, les chèques culture ou sports, etc. Même une petite entreprise peut se substituer à un comité d'entreprise en proposant le remboursement de l'activité sportive des enfants de son salarié. La mise en place d'un accord d'intéressement participe également à l'attractivité d'une entreprise. « Exonérée de cotisations sociales, c'est une rémunération aléatoire collective liée aux résultats et performances de l'entreprise. On peut le mettre en place même si il n'y a qu'un seul salarié et sa répartition peut combiner plusieurs critères ». Pour Frédéric, l'exploitant doit modifier sa mentalité. « Presser le citron pour avoir plus, résume-t-il en souriant, c'est fini. Il faut penser autrement pour obtenir mieux ». En fait, la boîte à outils est relativement vaste comme octroyer une indemnisation des frais kilométriques à celui qui vient en vélo. C'est possible.

Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fruits et légumes : dictionnaire
par Frédéric Jaunault
Services