×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Fonds de commerce

Bars licence IV: légère baisse des ventes de fonds

Fonds de commerce - mardi 1 septembre 2020 15:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      



Le commentaire de Lionel Joulié, cabinet Michel Simond de Figeac (Lot) : 

“Sur l’année 2020, au niveau national, nous constatons une légère baisse des transactions de fonds de commerce de bar d’environ 8 % par rapport à 2019 (source Bodacc). Seules les ‘petites affaires’ tirent leur épingle du jeu. Cela est dû en grande partie aux apports nécessaires demandés pour la reprise de ce type de commerce. Nous nous rendons compte que nous avons moins d’acquéreurs aux apports conséquents, mais plutôt des primo accédants à la recherche un bar licence IV. Ce sont pour la majorité des couples ou binômes, et plutôt jeunes.

Les transactions cohérentes, en termes de prix par rapport au marché et de profil des repreneurs, et présentées sur des bases acceptables en matière de financement, ne rencontrent pas plus de difficultés auprès des organismes bancaires que les autres activités.

Sur notre secteur géographique, la baisse des cessions sur le secteur s’explique principalement par :

- des prix de cessions élevés par rapport au marché,

- des commerces aux agencements et décorations vétustes, ne correspondant plus aux concepts actuels,

- la conjoncture et la frilosité des banques à financer les projets, surtout sur des reprises par des primo-accédants et/ou personnes qui sont en reconversion

- une baisse importante de la demande sur les bars licence IV, mais qui n’est pas uniquement dû à notre spécificité ‘rurale’ ;

- un apport insuffisant.

À noter que le bar pur n’existe pratiquement plus : des activités annexes telles que la restauration, classique ou de type snacking y sont souvent développés.

De ce fait, le profil de l’acquéreur n’est plus le même, il nous faut trouver des professionnels de la restauration, car c’est un critère essentiel pour les partenaires bancaires.”

 

 

Journal & Magazine
Services