×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Fonds de commerce

Indicateur Michel Simond : Un marché en baisse pour la restauration rapide, sandwicherie et vente à emporter

Fonds de commerce - mercredi 9 janvier 2019 10:27
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Arnaud Villeroy, directeur du cabinet Michel Simond Nice.
© DR
Arnaud Villeroy, directeur du cabinet Michel Simond Nice.

 

Activité restauration rapide, sandwicherie, vente à emporter

 

Chiffre d'affaires 2018

 

Rapport Moyen

Tendance générale du marché

 

CA moyen

Prix / CA HT
(%)

Prix / EBE avant cotisations sociales (Coef.)

 

Jusqu'à 120 000 €

92 800 €

77 %

1,9

 En baisse  

De 120 000 à 250 000 €

180 900 €

74 %

2,2

 

Supérieur À 250 000 €

473 200 €

71 %

2,4

 

Moyenne calculée sur les cessions réalisées par le réseau Michel Simond du 01/12/2017 au 30/11/2018. Les opérations portant sur des cessions de titres ou de murs ont été écartées.

 
 

 

Commentaire d’Arnaud Villeroy, directeur du cabinet Michel Simond Nice

“Bien que restant attractive pour les repreneurs et créateurs - notamment en raison de la faible technicité requise et des marges élevées - la restauration rapide est en mutation.

D’un côté, l’offre classique (sandwich, panini, frites, salé), de l’autre une nouvelle offre, différenciante et premium, portée par des concepts modernes et tendances (vegan, burger, healthy food, street food, etc.). Reflet d’un goût grandissant pour la nourriture plus saine (et donc un rejet de la malbouffe), la tendance concernant les cessions de fonds de commerce de snacking dits classiques est légèrement baissière, laissant progressivement la place à l’offre premium, faisant davantage l’objet de premières implantations que de cessions de fonds, et bénéficiant souvent de l’accompagnement d’une enseigne établie avec concept et méthodes efficaces.

Néanmoins, les barèmes de ventes dépassent encore largement ceux de la restauration traditionnelle, s’établissant à une moyenne de 74 % du chiffre d’affaires HT et 2,17 fois l’EBE normatif.”

 

#MichelSimond #FondsDeCommerce

Journal & Magazine
N° 3764 -
21 janvier 2022
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fonds de commerce : création, achat, reprise et vente
par Maître Sophie Petroussenko
Services