×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Fonds de commerce

Bars-brasseries et bars-tabacs : un marché en légère augmentation à Bayonne

Fonds de commerce - mardi 31 octobre 2017 10:50
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Jean-Philippe Gard, , directeur de cabinet Michel Simond Bayonne.
Jean-Philippe Gard, , directeur de cabinet Michel Simond Bayonne.

Le commentaire de Jean-Philippe Gard, directeur de cabinet Michel Simond Bayonne

"Le marché du bar-tabac est accessible aux repreneurs en reconversion et aux primo-accédants. Le nombre des transactions est stable sur les douze derniers mois. Les banques financent beaucoup plus facilement ces deux activités car les rentabilités dégagées restent bonnes, malgré une incertitude sur le tabac.

Concernant le marché des bars-brasseries, nous constatons une légère augmentation des ventes en capitaux échangés liées à des affaires cédées de plus en plus importantes, c'est-à-dire avec un chiffre d'affaires compris entre 500 000 € et 1 M€.

Les zones côtières restent toujours dynamiques avec des prix de cession supérieurs à trois fois l'EBE et 100 à 105 % du CA. Sur les zones intérieures, les transactions s'effectuent à moins de 3 fois l'EBE et entre 70 et 80 % du CA.
Sur ce marché, les banques deviennent frileuses lorsque nous ne sommes pas en présence des critères suivants : un repreneur professionnel expérimenté, un apport minimum de 30 % et un profil de gestionnaire."
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Idées simples pour doper les recettes de votre restaurant
par Bernard Boutboul
Services