×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Fonds de commerce

"Salariée, j'ai racheté mon entreprise à la campagne"

Fonds de commerce - jeudi 15 décembre 2016 14:14
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Mazaye (63) À 32 ans, Marie Goigoux est la propriétaire murs et fonds de l'hôtel-restaurant dans lequel elle travaille depuis 2008. Une reprise qui s'est faite par étapes.



Pour Marie Goigoux, la reprise de l'hôtel-restaurant dans lequel elle travaillait depuis 2008 s'est faite progressivement. Quand, à 25 ans, elle débute à l'Auberge de Mazayes en tant que femme toutes mains, elle est loin d'imaginer qu'elle reprendra un jour la direction de l'établissement. Les imprévus de la vie vont modifier ses perspectives quelques années plus tard. "C'est mon conjoint, également salarié de l'établissement, qui devait reprendre le fonds de commerce. Malheureusement il est décédé dans un accident de la route", confie la jeune femme qui apprend peu après le drame qu'elle est enceinte. À la naissance de l'enfant, Alain Michy, le patron et propriétaire de l'Auberge, lui propose une location-gérance. Marie Goignoux investit alors toutes ses économies. Pour autant, elle ne souhaite pas se lancer seule. Aucun membre du personnel n'étant disposé, à l'époque, à partager ce risque, c'est avec l'aide de sa mère et de sa soeur, et un investissement total de 30 000 € qu'elle passe le premier cap de sa nouvelle vie d'entrepreneuse.

Un crédit professionnel obtenu après un an de location-gérance

"La location-gérance permettait aussi de pouvoir se préparer à la reprise du fonds que le propriétaire et moi avions envisagée comme une seconde étape", explique la jeune femme, consciente que, seule, avec deux enfants à charge, ses chances pour l'obtention d'un crédit professionnel étaient quasiment nulles, sauf à démontrer ses compétences. C'est donc après un an de location-gérance, chiffres d'exploitation rentables à l'appui, qu'elle va démarcher seule les banques pour financer le rachat de fonds et l'obtenir. En revanche, pour le rachat des murs en 2016, Marie Goignoux choisit de passer par un courtier. "Le courtage a un coût mais c'est un soutien très utile et un gain de temps indéniable lorsqu'on travaille 15 heures par jour dans son affaire", souligne la chef d'entreprise qui se dit particulièrement satisfaite du travail de Jérôme Pouce, le courtier du réseau de franchise CrediPro à Clermont-Ferrand, qui a obtenu le financement.


Tiphaine Beausseron
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR : les conditions de travail (+ modèles de lettres)
par Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot
Services