×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Équipements et nouvelles technologies

Pourboires par carte bancaire : une pratique qui divise les restaurateurs

Équipements et nouvelles technologies - lundi 31 octobre 2022 12:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

Depuis le 1er janvier 2022, les pourboires versés par carte bancaire aux serveurs sont exonérés d'impôt et de charges sociales. Un dispositif qui se voulait attractif, mais, sur le terrain, il ne fait pas l'unanimité. Enquête.



Les avis sont partagés. L’exonération d'impôt et de charges sociales sur les pourboires, versés par carte bancaire aux serveurs, ne fait pas l’unanimité dans les CHR. Votée dans la loi de finances pour 2022, cette mesure - sous condition de niveau de salaire (pas plus de 1,6 Smic, heures supplémentaires comprises) - s'applique depuis le 1er janvier 2022 et doit se poursuivre en 2023. L’objectif : renforcer l'attractivité des métiers de la restauration. Le mode opératoire : ces pourboires ajoutés par carte bancaire, au moment du paiement de l'addition, sont Inclus dans le chiffre d’affaires du bar ou du restaurant, puis reversés par l'employeur aux salariés, après déduction des charges sociales. “J’ai toujours fait ainsi, avant même l’entrée en vigueur du dispositif”, confie Raphaël Courant, gérant de la Brasserie de la gare à Angers (Maine-et-Loire). “Ça fonctionne bien, poursuit-il. Et ce d’autant que les clients paient de moins en moins en espèces : c’est soit avec une carte de crédit, soit avec le téléphone.” En pratique, il dispose d’une touche 'tips' sur sa caisse : “J’ajoute le pourboire sur l’addition et d’un point de vue comptabilité, cela ne me coûte pas grand-chose, mais ça fait plaisir au personnel.” Avis partagé par Mekki Chamkhia, associé du Café de la Butte, à Paris (XVIIIe) : “Plus personne ne paie en espèces dans mon restaurant”, observe-t-il également.

“La tirelire posée à côté de la caisse, c’est de l’humain en plus”

Pièces et billets sont-ils, pour autant, en voie de disparition ? Pas chez Julie Androuin. À la tête de la crêperie La Tablée, à Angers, elle se dit “contre les pourboires par carte bancaire”. Elle a d’ailleurs conservé, sur son comptoir, une tirelire dans laquelle les clients sont invités à glisser de la monnaie “pour le service”. Le montant est ensuite partagé entre les membres de son équipe, chaque fin de semaine : “C’est moins impersonnel qu’avec la carte bancaire. C’est un signe visible d’encouragement pour les salariés, en particulier pour les jeunes. C’est aussi un contact supplémentaire avec le client et, en interne, c’est de l’humain en plus.”

Laurent Poumeyrau, quant à lui, raconte avoir été contacté par une société de solutions digitales pour “une mise à jour de mon TPE ou l’ajout d’une application”. Réaction du chef des Chais d’Haussmann, à Cestas (Gironde) : “Commissionner le bon travail de mon personnel est injuste, voire intolérable. Les pourboires étant non imposables, ces pratiques devraient être proposées gratuitement aux restaurateurs, pour les fidéliser et offrir un plus à leur personnel.”

 

#Pourboire #Tips


Anne Eveillard
Journal & Magazine
N° 3787 -
09 décembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en CHR : outils pratiques
par Jean-Claude Oulé
Services