×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Équipements et nouvelles technologies

Mobilier : tout est permis mais le fonctionnel prime

Équipements et nouvelles technologies - jeudi 26 mars 2009 11:14
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      

Fusion des genres et des époques, inspirations extrêmes des créateurs ou chefs d’œuvres des designers, le mobilier est un élément clé dans un projet d’aménagement intérieur d’hôtel ou de restaurant. Véritable chef d’orchestre d’une décoration réussie, il peut donner le "la" à toute la décoration d’un espace pourvu qu’il soit fonctionnel.



Aujourd’hui, pas un hôtel ni un restaurant ne se construit ou ne se rénove sans que la décoration soit placée au cœur du projet. Dans ce contexte le mobilier joue un rôle majeur car c’est la pièce maîtresse d’un projet où il structure les différents espaces et contribue à définir son degré de confort. Pour Marc Hertrich (Studio Marc Hertrich & Nicolas Adnet), "le mobilier d’un hôtel ou d’un restaurant est indéfinissable car, comme la mode, il est multi tendance". Cet architecte d’intérieur et son associé, connus et reconnus dans l’univers de l’hôtellerie et de la restauration, avouent parfois s’ennuyer devant les productions basiques des fabricants, "ce qui nous plaît c’est de dessiner nos propres modèles pour personnaliser au mieux les projets de nos clients mais il arrive que nous allions puiser quelques pièces chez les fabricants". Tables basses ou d’appoint chez Roset Hotels & Contract, canapés et sièges chez Philippe Hurel ou Marie’s Corner, petits meubles chez Pierre Frey, créations plus inattendues chez HC28…  Le duo vient de finir la rénovation des zones communes (bar/lounge, deux restaurants, un spa…) du Cub Med de Bali. "Sur ce projet par exemple nous avons dessiné 95% du mobilier que nous avons fait réaliser par des entreprises locales. C’est souvent une demande du client mais pour nous c’est aussi plus logique dans une démarche éthique et durable. La seule chose que nous faisons venir d’Europe et le plus souvent de France c’est le tissu. Les éditeurs français sont quasiment les seuls à garantir toutes les exigences liées aux ERP (UV, non feu, résistance…". Marc Hertrich est formel : s’il est tout à fait possible de mélanger les genres "l’équilibre, le dosage le plus juste, c’est notre savoir-faire", il y a des points qui sont incontournables et qu’il faut exiger : le confort absolu du meuble, une qualité de finition parfaite qui permettra un entretien aisé et qui assurera la pérennité du meuble dans le temps. Enfin, Marc Hertrich insiste sur le fait qu’un établissement doit être en mesure d’accueillir toutes les clientèles : "nos deux plus gros clients – NDLR : Le Club Med  et Sofitel- exigent au minimum 5 assises différentes sur les zones communes. A Bali par exemple, autour de la piscine nous avons opté pour une dizaine d’assises différentes du Day Bed au transat en passant par le fauteuil ou le tabouret…et dans les restaurants il y a au minimum quatre ambiances avec des tables hautes et des tabourets, des tables classiques et des banquettes, des tables basses et des canapés". Cette dimension "multiple" que certains appelle intergénérationnelle n’est pas nouvelle mais se confirme avec une clientèle vieillissante mais active (prise en compte des handicaps, émergence des spas, recherche du confort absolu), une clientèle dont la morphologie se transforme (plus de grands, plus de gros), une clientèle qui est de plus en plus connectée (prise en compte des nouvelles technologies dans l’agencement), une clientèle qui souhaite se sentir en sécurité mais libre (matériaux authentiques, espaces multiples pour zapper en fonction de l’instant…).

Un style mais aussi une optimisation fonctionnelle 

Dans son Domovision* 2008-2013 réalisé par le VIA (Valorisation de l’Innovation dans l’Ameublement) à la demande de l’UNIFA, Gérard Laizé (Directeur général du VIA) et Frédéric Loeb (&Loeb Innovation) propose une synthèse originale et opérationnelle sur les attentes d’aujourd’hui et de demain. Les auteurs soulignent un paradoxe: « à côté d’une "culture décoration" prospèrent une attitude et un comportement obsédés par "l’optimisation fonctionnelle", à la recherche de moyennes séries de produits standardisés ». Et effectivement l’offre industrielle d’ameublement est structurée avec des fabricants spécialistes ou non et des distributeurs. Chez ces derniers, on trouve des entreprises qui ont choisi d’endosser le rôle d’ensemblier pour proposer aux hôteliers des aménagements complets de chambre allant du mobilier jusqu’au sèche-cheveux de la salle de bains. En 2009, Serfigroup par exemple adapte son offre à la situation économique actuelle en lançant des chambres en location financière avec trois concepts (chambre Eco, chambre Design et chambre de Charme) qui permettent de changer l’essentiel du mobilier (tête de lit, bureau, chevets, armoires) et la télévision (écran LCD). Sur la base d’un minimum de 5 chambres, l’entreprise a calculé que le coût de revient d’un concept Eco était de 0,85 € HT/jour pendant 6 ans ! Mais dans son rapport, Domovision estime plus précisément à 6000 € en moyenne le budget mobilier pour une chambre 2 étoiles en France jusqu’à 18000 € pour un quatre étoile.
Alors pour être créatif tout en restant dans certains standards, des entreprises comme Interna qui dispose d’un important département "Contract" proposent un juste milieu mais forcément orienté vers le haut de gamme. L’offre de ce fabricant italien qui est aussi éditeur (en particulier de la fameuse collection "les grands classiques de Jacques Garcia") correspond bien aux tendances actuelles. Trois collections peuvent répondre à toutes les attentes : la Traditionnelle marquée par des styles forts, la Transitionnelle qui s’inspire de styles traditionnels classiques mais qui les interprète librement, la Contemporaine qui répond à des concepts éthiques et esthétiques.
Une pluralité qui fait l’unanimité car comme le dit Marc Hertrich  "en matière d’aménagement et de décoration il ne doit pas y avoir de diktat". 

*www.domovision.fr

Nelly Rioux

Journal & Magazine
Services