×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Emploi

Pénurie de personnel : le grand débauchage

Emploi - lundi 30 mai 2022 11:35
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

L'introspection et la déshérence provoquées par les épisodes successifs de la crise sanitaire ont accéléré le départ de nombreux salariés des CHR, aggravant une pénurie préexistante. La situation dramatique que connaissent nombre d'entreprises en manque de forces vives et à la veille d'une saison prometteuse s'explique aussi par un autre phénomène : le grand débauchage du personnel qualifié des CHR par d'autres secteurs d'activité en tension.



'Les employés des CHR ont toujours été convoités par d'autres secteurs d'activités', constate Vincent Sitz, du GNI.
© Sitz
'Les employés des CHR ont toujours été convoités par d'autres secteurs d'activités', constate Vincent Sitz, du GNI.

“La restauration m’a appris à rester courtois en toute circonstance.” Cet exemple de savoir-être est conté par un ancien serveur qui connaîtra une carrière fulgurante dans l’hôtellerie jusqu’à devenir le directeur du Hyatt de Rio de Janeiro au Brésil. Le type de phrase qui ferait fondre le recruteur le plus exigeant. “Pendant la crise sanitaire, les hôteliers étaient surreprésentés dans les demandes de reconversion vers les secteurs des RH, du commerce ou encore du marketing. Outre des compétences pour la vente, le management et le contrôle qualité, les hôteliers ont découvert ou redécouvert leur profil ‘bankable’ à la faveur additionnelle de ‘softs skills’ très recherchées par les recruteurs : la présentation, la courtoisie, l’adaptabilité, l’agilité, en bref le savoir-être. En raison de la pénurie de demandes, nous avons cessé notre formation d’assistant de direction dans la restauration. Le désir de nos postulants était inverse : quitter les CHR pour le luxe, l’immobilier, la grande distribution…”, résume Françoise Dael, directrice de la communication d’Ifocop, un groupe d’une dizaine de centres de formation qui accueille 3 000 stagiaires par an, plutôt des cadres en reconversion, avec un retour vers l’emploi de 89 %.

 

“Puiser dans le vivier de la restauration

“Le débauchage s’est certes intensifié, mais il n’est pas nouveau. Les autres secteurs qui connaissent des pénuries de personnel - comme l’immobilier - sont toujours venus puiser dans le vivier ultra bien formé de la restauration. Un maître d’hôtel dans un restaurant étoilé qui parle deux langues et peut réagir, avec flegme, à toute situation imprévue, peut avoir une grande valeur dans d’autres métiers”, argumente Vincent Sitz, président de la commission Emploi et Formation du GNI. “Cependant, les vocations et les candidatures motivées sont de retour avec la reprise, au point que nous avons relancé depuis peu notre formation d’assistant de direction dans la restauration”, tente de rassurer Françoise Dael.

 

#IFOCOP #GNI #Emploi

 


Francois Pont
Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR : les ruptures du contrat de travail (+ modèles de lettres)
par Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot
Services