×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Emploi

Emploi : Quand l'art flirte avec l'hôtellerie

Emploi - jeudi 28 octobre 2021 11:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

Certains établissements ont forgé leur identité autour de l'art, donnant naissance à des métiers atypiques. Rencontre avec Sylvia Randazzo, directrice artistique de l'hôtel Molitor Paris - MGallery, et Julie Eugène, concierge d'art du Royal Monceau - Raffles Paris.



Sur les bancs de la faculté de biologie, Sylvia Randazzo rêve d’hôtellerie. Elle change donc de cap et suit un DUT de gestion des entreprises et des administrations, en alternance dans un hôtel. Comptabilité, relations clients, achats… Elle enchaîne les postes avant de rejoindre l’hôtel Molitor Paris, en janvier 2015, en tant qu’assistante de direction en charge de la qualité. “En intégrant Molitor, j’ai suivi des cours d’histoire de l’art en auditrice libre à l’École du Louvre, car cet établissement avait une histoire riche : cette mythique piscine art déco est devenue un lieu prisé des graffeurs après sa fermeture à la fin des années 1980”, raconte-t-elle. Six mois plus tard, la directrice artistique quitte son poste. Sylvia Randazzo la remplace au pied levé, tout en continuant à exercer son autre poste pendant un an et demi. “J’ai essayé de créer un réseau, j’ai assisté à de nombreux vernissages… Cela m’a demandé beaucoup de travail pour rentrer dans ce monde”, admet-elle.

Depuis, la jeune femme a carte blanche à Molitor sur ce chapitre. Elle sollicite des street-artistes du monde entier pour investir les 78 cabines du bassin d’hiver, exposer leurs œuvres dans le lobby ou en série limitée dans les chambres. Durant six mois, un espace de 120 m² a été transformé en atelier d’artiste, ouvert au public sur rendez-vous. Elle a même imaginé la confection de bûches de Noël à quatre mains, entre le chef pâtissier et différents artistes… Elle gère les assurances et les parties contractuelles liées aux expositions, et organise des visites commentées de l’hôtel. “Nous recevons entre 2 500 et 3 000 visiteurs par an. Cela fait découvrir le monde du street-art mais aussi, indirectement, les différentes facettes de notre établissement : le spa, la piscine, le restaurant…”, glisse-t-elle.

Son métier sert également de trait d’union entre l’art, les collaborateurs et les clients. Sylvia Randazzo essaie ainsi de développer la fibre artistique de ses collègues, à travers une newsletter, des briefings, des visites guidées de l’hôtel, des rencontres avec des artistes… “Le contact avec les clients de l’hôtel est très différent, cela ouvre d’autres possibilités d’échanges. Ce n’est plus une relation client-employé, mais un rapport plus sensible, plus humain. Certains collaborateurs se prêtent vraiment au jeu, et vont jusqu’à vendre des œuvres !”, sourit-elle.

 

Curiosité, passion et exigence

Julie Eugène, de son côté, vient du monde des galeries. Après des études en histoire de l’art, elle travaille comme assistante dans des galeries avant de devenir, en 2010, concierge artistique au sein du Royal Monceau - Raffles Paris. “Nous avons été les premiers à créer ce poste qui est multifacette. Je propose des visites artistiques de l’hôtel, de sa galerie d’art contemporain et des œuvres exposées dans les chambres. Je conçois une art newsletter à destination des clients, avec une sélection des événements culturels à Paris. Je peux organiser des visites privées de musées ou d’ateliers d’artistes, voire des privatisations de musées…  Je gère également en partie notre librairie d’art”, détaille-t-elle. Pour occuper un tel poste, “il faut être curieux, se tenir informé de la scène artistique, qui est très mouvante, et avoir un bon réseau. Il faut être flexible, comme pour tout métier de l’hôtellerie, et s’adapter selon les demandes des clients. Enfin, il faut être passionné et exigeant, car on doit savoir de quoi on parle quand on est face à un collectionneur .” Depuis, d’autres postes comparables ont été créés chez Raffles, à Istanbul ou en Russie.

Et Sylvia Randazzo de conclure : “Beaucoup d’hôtels ont un fort aspect artistique ou historique, mais ne s’en servent pas… Pourtant, cela permet de faire voyager le visiteur. Il y a de très belles choses à organiser !

 

#ConciergeArtistique #Art 


Violaine Brissart
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Covid -19 : principales aides aux CHR et mesures à respecter
par la Rédaction de l'Hôtellerie-Restauration
Services