×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Emploi

Pénurie de main d'oeuvre à la réouverture, Sébastien Bazin, P.d.g. d'Accor, jette un pavé dans la mare

Emploi - mercredi 26 mai 2021 17:48
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      



Sébastien Bazin, P.d.g. d'Accor :'qu'on accepte de mieux valoriser leur travail, c'est-à-dire peut-être de les rémunérer plus...'
Sébastien Bazin, P.d.g. d'Accor :'qu'on accepte de mieux valoriser leur travail, c'est-à-dire peut-être de les rémunérer plus...'

Invité de l’émission Good morning business sur BFM le 6 mai, le P.d.g. d’Accor, Sébastien Bazin, craint qu’un quart de ses effectifs se soit reconverti vers un autre secteur. En cause, les contraintes du secteur, notamment sur la vie de famille. Et après avoir expérimenté une autre vie pendant les longs mois de fermeture, bon nombre de salariés du secteur ne souhaitent pas rempiler. Il propose "qu’on accepte de mieux valoriser leur travail, c’est-à-dire peut-être de les rémunérer plus, peut-être de faire en sorte que ça soit beaucoup plus polyvalent… Cette crise est le moment de réfléchir à ce qu'on a bien fait, ce qu'on n'a pas bien fait et il y a un certain nombre de travaux dans les hôtels, dans les restaurants qui sont des travaux pénibles et donc il faut mieux reconnaître et revaloriser cette personne, par le salaire ou peut-être par autre chose".

=> Vous êtes du même avis ? Vous souhaitez rendre la profession attractive ? Voire revaloriser vos collaborateurs par « autre chose » ? Lisez l’article "Pénurie de main d’œuvre à la réouverture, et si la crise déclenchait une prise de conscience dans la profession ? 5 péchés capitaux à combattre"


Olivier Milinaire
Journal & Magazine
Services