×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Café - Bar - Discothèque

À Narbonne, Le Zapata veut révolutionner les clubs

Café - Bar - Discothèque - mardi 5 mai 2015 15:12
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Narbonne (11) L'établissement qui associe bar, boîte de nuit, cabaret, dans une ambiance de soirée privée, séduit une clientèle hétérogène.




Grégory Riva définit le Club Zapata comme un 'concept unique'.
Grégory Riva définit le Club Zapata comme un 'concept unique'.

Le Club Zapata ? "C'est un bar qui se transforme rapidement en discothèque, avec spectacles de danse élaborés et effets spéciaux", répond Grégory Riva, créateur à Narbonne avec son associé Julien Astier de ce qu'il définit comme un "concept unique". D'abord parce que l'entrée est autorisée uniquement entre 22 heures et minuit. À cette heure précise, le show commence : cinq danseurs professionnels, un régisseur son et lumière et un DJ ont été embauchés pour assurer cette animation. "Le Zapata est un mix entre le bar et la boîte de nuit, avec l'avantage de démarrer la fête beaucoup plus tôt et de la finir plus tôt aussi, puisque le club ferme à deux heures du matin", précise Grégory Riva.

Aménagé dans la zone industrielle Croix Sud de Narbonne, le Zapata fait le plein à chaque fin de semaine depuis son inauguration (début mars). Car ce mélange de bar, boîte de nuit, cabaret, dans une ambiance de soirée privée, séduit une clientèle hétérogène. "C'est l'une des surprises", confirme Grégory Riva : "Les plus jeunes côtoient des clients plus âgés en toute convivialité". Ce qui permet aux associés de viser un chiffre d'affaires de 600 000 € dès la première année (équivalent à l'investissement) et 1 M€ dès le deuxième exercice. 
 

Des projets pour dupliquer le concept

Autre excellente surprise pour les patrons du nouveau club : l'enthousiasme des fournisseurs qui ont volontiers participé à la réalisation et veulent aujourd'hui rester partenaires pour le développement du projet. "C'est un engouement de très bon augure, je pense que les fournisseurs ont compris que nous apportons une idée intéressante pour l'avenir des établissements de nuit en France", ajoute Grégory Riva. De fait, les deux entrepreneurs projettent déjà de réaliser un deuxième club du même type à Toulouse, pour mieux faire connaître l'enseigne, avant de dupliquer le concept avec l'aide de partenaires, en France ou à l'étranger. "C'est pour cela que nous avons voulu tester l'idée dans une zone industrielle en périphérie d'une petite ville ; si ça marche ici, le concept est d'autant plus viable au sein d'une grande métropole", conclut le créateur du club Zapata.

Francis Matéo