Une saison estivale "excellente", se réjouit Olivia Grégoire

Paris (75) Voyageurs français et étrangers ont été nombreux à passer leurs vacances en France, a affirmé la ministre chargée du Tourisme lors de la présentation des premiers chiffres de fréquentation pour les mois de juillet et d'août, le 29 août à Bercy. Toutefois, des mutations sont en cours dans le secteur, autant en matière de comportement que dans le choix des destinations et dans la durée des séjours.

Publié le 29 août 2023 à 18:27

Malgré le contexte inflationniste, les Français ont “sacralisé les vacances”, indique Olivia Grégoire, ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprises, du Commerce, de l'Artisanat et du Tourisme, lors de la présentation du premier bilan de saison au ministère de l’Economie, en présence de Christian Manttei, président d’Atout France, Caroline le Boucher, directrice générale d’Atout France, et François de Canson, président d’ADN Tourisme. Près de 7 Français sur 10 (67 %) sont partis pendant les mois de juillet et d’août, et 88 % d’entre eux sont partis en France. Les clientèles internationales sont de retour, avec une augmentation de 29 % par rapport à 2022 sur les arrivées de vols long-courrier (+ 22 % pour les Américains, + 8,6 % pour les Canadiens, et + 119 % pour la clientèle asiatique, principalement en provenance du Japon à + 140 %, mais aussi de Chine, d’Inde et de Corée).

C’est donc une saison estivale “excellente”, indique la ministre. Les recettes internationales pourraient atteindre entre 64 et 67 milliards d’euros selon les premières estimations en 2023 (contre 58 milliards en 2022, qui était déjà une très bonne année). Et Olivia Grégoire d’insister sur “l’ampleur et la puissance de ce chiffre” : “la France demeure la destination touristique privilégiée et le tourisme doit être économiquement considéré à la hauteur de la puissance des recettes qu’il génère.” Un nouveau bilan sera publié à la fin du mois de septembre avec les chiffres de l’arrière-saison, qui s’annonce “très prometteuse”, avec réservations en hausse de 4 % pour l’hôtellerie classique et de 26 % pour l’hôtellerie de plein air pour le mois de septembre.

 

Des mutations profondes dans le tourisme

La ministre s’attarde cependant les prémices de “quelques mutations profondes dans la consommation du tourisme” observées cette saison, avec des changements notables dans le comportement des touristes. Les destinations de vacances évoluent, ce qui aboutit à un tourisme plus homogène sur le territoire, avec “une montée en puissance impressionnante” de la montagne, même si les littoraux concentrent toujours la majorité de la fréquentation.

De plus, la durée des séjours se raccourcit mais la fréquence des voyages augmente : “on part moins longtemps mais plus souvent”, et la période des vacances s’allonge, allant désormais de mai à octobre. Enfin, les choix se font de plus en plus à la dernière minute, avec des voyageurs qui n’hésitent pas à changer de destination en fonction des conditions météo, qui ont été particulièrement instables cet été.

 

Attention aux excès, prévient la ministre

Toutefois, Olivia Grégoire a souhaité mettre en garde les professionnels du secteur concernant les prix élevés observés dans les hôtels et restaurants ces derniers mois, dans un contexte de vie chère et d’inflation. “Les Français ont fait des choix dans leur manière de consommer. Ils sont allés au restaurant cet été mais ont consommé un peu moins ou autrement”, indique la ministre. L’hôtellerie a connu un très léger retrait de fréquentation (- 2 %), alors que l’hôtellerie de plein air et le locatif sont en hausse. Dans le même temps, le RevPAR a augmenté de 21,9 % en moyenne en France par rapport à 2019, pour atteindre jusqu’à + 30 % dans certaines régions.

 “J’en appelle à la responsabilité de tous en matière de prix [à la veille] de la coupe du monde de Rugby et à un an des Jeux olympiques”, indique la ministre, rappelant que d’ici à la fin de l’année, un observatoire des prix sur les plateformes de réservation d’hébergement permettra d’indiquer aux consommateurs les pratiques commerciales trompeuses, lorsque les tarifs demandés ne correspondent pas au service proposé. Ces comportements font l’objet de sanctions lourdes, rappelle Olivia Grégoire, allant jusqu’à 300 000 € d’amende et deux ans de prison. Un avertissement clair pour les hôteliers qui seraient tentés de gonfler excessivement leurs prix à l’approche des compétitions sportives internationales.

 

#OliviaGrégoire# tourisme saison


Photo

Publié par Roselyne DOUILLET



Commentaires
Photo
PATRICK WEBERMANN

mardi 29 août 2023

Il serait temps qu'un Ministère du Tourisme à temps plein existe. Le dernier remonte à Jacques Médecin !!!!!!!

Signaler un contenu illicite

Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles



Vidéos-Podcasts


Newsletter

Ne Ratez plus l'actualité , abonnez-vous à la newsletter quotidienne !


Dernières offres d'emploi

Cuisinier H/F

01 - GEX

Recherche cuisinier(ere) , qualifié autonome très bon salaire si pour personne motivé souriante et qualifiée

Posté le 20 avril 2024

Second de cuisine (Sous-chef de cuisine) H/F

20 - SERRA DI FERRO

Saison 2024 poste logé sur place nourrit poste à pourvoirà partir de avril ,mai ou juin jusqu'à fin septembre et début novembre LE GOLFE Hôtel Restaurant & spa 5 étoiles, avec plage privée, en Corse du Sud RECRUTE H/F: pour le restaurant de l'hotel la paillote et l'hotel MAITRE D'HOTEL CHEF

Posté le 20 avril 2024

Commis de cuisine H/F

21 - NUITS ST GEORGES

Restaurant bistronomique à Nuits-Saint-Georges recherche commis de cuisine. Poste à pourvoir rapidement. Aide au logement jusqu'à septembre. Salaire à partir de 2000€ selon profil et expérience. Ambiance jeune et conviviale.

Posté le 20 avril 2024