Philippe François (Amforht) : "Rappelons aux jeunes que nos métiers sont parmi les plus attractifs"

Paris (75) Beaucoup d'incertitudes demeurent en cette veille de rentrée scolaire 2021-2022. Philippe François se dit malgré tout optimiste. Le président de l'Association mondiale pour la formation hôtelière et touristique tire les premiers enseignements de la crise sanitaire.

Publié le 09 août 2021 à 11:50

L’Hôtellerie Restauration : Dans quel état d’esprit appréhendez-vous cette rentrée 2021-2022 ?

Philippe François : Depuis un an et demi, nous agissons et réagissons dans l’urgence face à une situation, elle aussi, d’urgence. Nous avons été pris de court dans nos métiers d’hôteliers, de restaurateurs, comme dans la formation à ces professions. Aujourd’hui, nous devons reprendre la main. Et ce, d’autant qu’en France, l’État a mis en place des dispositifs de soutien. Certes, nous sommes encore dans la crainte et l’attente, mais cette rentrée différente va être passionnante. Elle va permettre de mener une réflexion de fond sur nos métiers et la formation. Ensemble, avec l’Umih, le GNI ou encore avec les organisateurs d’un salon comme EquipHotel, mettons-nous tous autour d’une même table pour parler d’économie touristique et de main d’œuvre touristique.

 

Comment faire pour maintenir la motivation chez les jeunes ?

Il faut leur rappeler que nos métiers font toujours partie des plus attractifs. Avec un CAP, on peut devenir un grand chef de renommée internationale… Dans les écoles hôtelières, les jeunes ont la possibilité de partir travailler dans le monde entier : c’est une occasion de découvrir d’autres horizons, tout en apprenant et en gagnant sa vie. Alors, oui, ce sont des professions où l’on travaille le soir, le week-end, pendant les vacances… comme les soignants ! Car, nous aussi, nous sommes au service des autres. Redonnons à nos métiers leurs lettres de noblesse et rappelons aux jeunes qu’ils ne sont pas seuls devant leur ordinateur.

 

Et les enseignant, justement, ont-ils des leçons à tirer de la rentrée de l’an dernier ?

Le principal enseignement de la rentrée 2020 est de savoir prendre du recul. L’an dernier, nous étions dans l’urgence. Aujourd’hui, nous savons que le distanciel n’est qu’un complément du présentiel. On ne peut pas apprendre nos métiers juste en se connectant à des webinaires et en regardant Top Chef : cela ne suffit pas. Il faut faire revenir à l’école, à l’université, et développer l’alternance. Nous devons accompagner ces jeunes en formation, leur redonner la main, tels des relais humains.

 

Quel regard portez-vous sur l’entrée en vigueur du pass sanitaire ?

Il faut se faire vacciner. Nous n’avons pas vraiment d’autres solutions. Le pass sanitaire et les gestes barrières - marques de respect vis-à-vis des autres - deviennent incontournables pour étudier, travailler, voyager. Sinon, on sera hors-jeu, en particulier dans nos métiers, basés sur les contacts humains. Pour cette rentrée 2021-2022, faisons confiance aux comité scientifiques de tous les pays. Réapprenons à vivre collectivement : la formation est collective, le tourisme est collectif.

 

Dans ce contexte de crise sanitaire et d’incertitudes, quand l’Amforht prévoit-elle un prochain forum international ?

Le prochain forum de l’Amforht, qui compte 700 membres répartis dans 77 pays, aura lieu en octobre 2022 à Genève, au Palais des Nations et dans une école hôtelière suisse. Avec la crise sanitaire, le secteur du tourisme est à l’arrêt. Mais cela va repartir. Je suis optimiste sur ce point, car les investissements, dans le secteur hôtelier notamment, ne se sont pas arrêtés. On recense autant de projets d’hôtels et de resorts qu’avant la crise. Les fonds d’investissement continuent de croire au tourisme. À cela s’ajoutent la Coupe du monde de football au Qatar en 2022, la Coupe du monde de rugby en France en 2023 et, bien sûr, les Jeux olympiques à Paris en 2024... autant d’événements pour lesquels il va falloir recruter dans nos métiers. Ne perdons pas la main. Ne perdons pas de vue non plus que ce que nous mettons en place pour sortir de la crise est observé de près par les autres pays. La France a un rôle moteur et peut montrer quelques pistes à suivre.

 

 #PhilippeFrançois# AMFORHT


Photo

Publié par Anne EVEILLARD



Commentaires
Photo
Eric Sepel

lundi 9 août 2021

Toujours les meme discours de personnes qui ne connaissent le secteur que depuis leur bureau feutré...
Le Covid a fait prendre conscience aux salariés de l'hotellerie-restauration que leur secteur n'etait pas primordial ainsi que leur emploi. De plus, beaucoup ont realisé qu'ils avaient une famille dont ils ne profitaient pas, travaillant les weekends et jours féries.
Par ma longue experience sur le terrain, j'ai vu la maltraitance, l'ingratitude, la solitude du personnel , làché par leur Direction, face à des clients difficiles.
Partout on recrute de la main d'oeuvre étrangère plus docile et moins chère...
Le niveau baisse...
Manque de considération et de reconnaissance. Les jeunes générations n'en veulent plus
Comme l'a dit le président Biden, commencez par :
Payez plus !!!...
Photo
Jerome TREMBLET

lundi 9 août 2021

Effectivement toujours le même discours et toujours des dirigeants et représentants toujours aveugles face à la réalité du recrutement, de la société actuelle.
Aujourd'hui un jeune veut bien faire notre métier mais sans être humilié, sans être pris pour un larbain, sans travailler hors des convention en particulier sur le temps de travail et avec un salaire digne.
Est ce normal de donner 1500 net par mois à une réceptionniste trilingue avec un BTS en poche ?
Photo
Paul BRUNET

mardi 10 août 2021

Toutes mes félicitations à monsieur Philippe François pour son brillant plaidoyer pour nos métiers
Tout à fait d’accord avec lui lorsqu’il dit « nos métiers sont parmi les plus attractifs »
Je bondis à chaque fois que je lis ou que j’entends dans les médias parler d’esclavage par des personnes qui n’ont aucune expérience de nos beaux métiers.
Oui, avec un CAP et/ou une mention complémentaire on peut devenir un grand chef de renommée internationale, un sommelier engagé avant la fin de sa formation puis rapidement attendu dans le monde entier…
Bravo monsieur FRANCOIS !
Paul Brunet
20 ans dans la restauration, d’apprenti à 16 ans, jusqu’à directeur de restaurant dans un palace
8 ans d’enseignement pour les CAP ,à temps partiel, à la chambre des métiers de Loire-Atlantique, une fois par semaine
23 ans d’enseignement en Lycée hôtelier BEP MCS BTS MAITRISE
MOF sommellerie Honoris causa

Signaler un contenu illicite

Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles



Vidéos-Podcasts


Newsletter

Ne Ratez plus l'actualité , abonnez-vous à la newsletter quotidienne !


Dernières offres d'emploi

Equipier - Employé polyvalent H/F

75 - PARIS 06

Nous recherchons h/f un(e) employé (parlé et écrit bien en Français) avec l’expérience dans la restauration rapide moderne. Il ou elle s’occupera la fabrication des salades, desserts, soupes, sandwich wraps et participera à l’encaissement midi. Du lundi au Jeudi 24h par semaine. altinkaya@free.fr

Posté le 21 février 2024

Serveur H/F

92 - LA GARENNE COLOMBES

pour notre établissement à la garenne colombes, restaurant traditionnelle, nous recherchons serveuse ou serveur pour le service de 12h uniquement à 35 hebdomadaire sans coupure. merci d'envoyer votre CV ou de prendre contact directement au 0615227010 cordialement.

Posté le 21 février 2024

Chef de rang H/F

75 - PARIS 01

Belle brasserie Paris 01. Recrute SERVEUR/SE contrat 39h par semaine, SALAIRE TRES MOTIVANT. Nous sommes situés dans un secteur très animé et touristique. Deux jours de repos consécutifs. Minimum d'expérience souhaitée. Nous contactez par mail lvbp75001@hotmail.com

Posté le 21 février 2024