Les propositions du GNI pour redonner du pouvoir d'achat "à la France qui travaille"

Le Groupement National des Indépendants (GNI) estime que des mesures simples peuvent être actionnées pour atteindre les deux objectifs visés par le Gouvernement qui sont de « baisser les dépenses contraintes des français et mieux rémunérer leur travail ». Voici ce qu'il préconise.

Publié le 07 décembre 2018 à 18:11

 1ère proposition : Exonérer de charges sociales et fiscales les heures supplémentaires au plus tard au 1er janvier 2019. Une mesure qui permettrait de faire bénéficier les salariés au SMIC qui réalisent 4 heures supplémentaire par semaine à une somme équivalent à un 13ème mois en pouvoir d’achat. La mesure actuelle est limitée à une exonération de charges sociales et ne rentrera en vigueur qu’en septembre 2019. 

 2ème proposition : Exonérer de charges sociales et fiscales les avantages en nature nourriture servis aux salariés : A la différence des titres restaurant, les avantages en natures sont assujettis aux charges sociales et fiscales. Autrement dit, quand l’employeur nourrit gratuitement son salarié, ceux-ci doivent s’acquitter de charges sociales et fiscales dont ils seraient exonérés si lesdits repas avaient donné lieu à attribution de titres restaurant. Une différence de traitement social et fiscal qui ne prône pas « le bien manger » et qui s’apparente à une discrimination fiscale.

 3ème proposition : Instaurer une taxe Gafa (pour Google, Amazon, Facebook et Apple) afin que les plateformes numériques qui réalisent leur activité en France sans y être localisées contribuent justement au budget de l’Etat. Ex : Airbnb qui encaisse pour 200 millions € de commissions sur ses opérations en 2017 et s’acquitte de 161 000 € d’impôts. La taxe Gafa « France » serait calée sur le modèle discuté au niveau européen et international : 3% du chiffre d’affaire des géants du numérique. La France doit montrer la voie et cesser de toujours « faire payer les mêmes ». La taxe Gafa permet d’exiger des géants du numérique une juste contribution au budget de l’Etat. C’est une mesure de justice fiscale.

 Mais aussi dans le secteur…

Le GNI estime également que l’Etat doit renoncer à la taxe de séjour régionale. Parce que les touristes qui paieront cette nouvelle taxe sont français pour 50 % d’entre eux et que le Gouvernement a promis de renoncer à toute nouvelle taxe affectant le pouvoir d’achat des français. Et renoncer aux augmentations des commissions sur les chèques vacances et titres restaurants, parce que le moment n’est pas venu de faire croître la commission sur le remboursement des chèques vacances de 1 à 2.5% au 1er janvier sauf à perdre la participation à ce dispositif de nombre de professionnels au détriment de nos concitoyens.

Manifestation pouvoir d'achat #GiletsJaunes#



Commentaires
Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles



Vidéos-Podcasts


Newsletter

Ne Ratez plus l'actualité , abonnez-vous à la newsletter quotidienne !


Dernières offres d'emploi

Chef de rang H/F

31 - TOURNEFEUILLE

Le restaurant BRUT à Tournefeuille (31) recherche chef de rang (F/H) passionné(e) et motivé(e). Le restaurant est fermé le samedi midi, dimanche et lundi. Envoyez CV et lettre de motivation à antoine.brand@free.fr

Posté le 25 février 2024

Cuisinier H/F

30 - CHAMBORIGAUD

Hautes'Cevennes Gard, resto tradi type Bouchon rech pour saison été (avril-sept) Cuisinier pro et responsable. Exp pâtisserie appréciée. Possibilité couple avec serveur/se. lebouchoncevenol@gmail.com

Posté le 25 février 2024

Responsable de salle H/F

Suisse

SUISSE - VALAIS, HÔTEL LE GD CHALET FAVRE, Boutique hôtel de 15 chambres, Restaurant de 50 places, sous la même direction que le Gd Hôtel Bella Tola & St-Luc, cherchons pour compléter notre équipe pour la saison d'été, à partir de mi-juin 2024: un(e) CHEF(FE) DE SERVICE - RESPONSABLE DE SALLE (F

Posté le 25 février 2024