La renaissance de l'Hôtel Vendôme

Vendôme (41) Le plus ancien établissement de cette ville de Loir-et-Cher vient d'être rénové de fond en comble pour retrouver son lustre d'antan.

Publié le 09 décembre 2015 à 12:49
Avant de réhabiliter l'Hôtel Vendôme à Vendôme (Loir-et-Cher) Valérie et Dominique Berrurier avaient deux atouts. Ils géraient déjà l'hôtel Mercator, en périphérie de la ville (57 chambres, 3 étoiles), et vouaient une passion sans limites à la brocante. Deux atouts mis à profit pour se lancer dans un chantier d'un an qui achevé début décembre. "Nous voulions compléter notre offre, explique le couple d'hôteliers. Treize ans après la reprise de notre premier établissement, il était temps d'avoir d'autres projets." Ils ont donc racheté, pour 1,5 M€, un hôtel du centre-ville qui n'avait bénéficié d'aucune rénovation depuis les années 1980. "C'était un établissement en déclin, obsolète avec un taux d'occupation de 20 %. Mais il y avait la possibilité d'en faire un établissement haut de gamme", estiment-ils. En janvier, ils ont donc lancé un chantier de rénovation pour un montant d'un million d'euros. Toutes les cloisons intérieures ont été cassées et la capacité réduite de 35 à 30 chambres, dont deux suites et deux chambres accessibles aux personnes à mobilité réduite. Même l'ancien ascenseur a été abandonné pour un équipement plus fiable. Pour la décoration, le couple Berrurier a chiné cadres, portes, luminaires et tableaux pour un rendu très cosy.

Passer à 60 % de TO

L'hôtel est resté ouvert durant les travaux, ce qui a causé quelques désagréments et retards : "Nous avons travaillé demi-étage par demi-étage, mais il aurait sans doute été plus rapide de fermer l'hôtel." Il a conservé ses trois étoiles, avec des prix compris entre 95 et 165 €. "Nous ne espérons gagner une nouvelle étoile, avoue Valérie Berrurier. Il ne nous manque qu'un veilleur de nuit. Nous verrons en fonction de la fréquentation." L'objectif est d'atteindre un taux d'occupation de 60 % d'ici trois ans. L'hôtel va multiplier les initiatives de communication, de relations publiques, de vente directe en ou encore d'organisation avec l'office de tourisme d'un pass week-end pour attirer, grâce à la gare TGV qui met Vendôme à 40 minutes de Paris, des touristes venant découvrir Chambord ou le Val de Loire.

Photo

Publié par Jean-Jacques TALPIN



Commentaires
Photo
Yves CINOTTI

jeudi 10 décembre 2015

« Nous espérons gagner une nouvelle étoile [...]. Il ne nous manque qu'un veilleur de nuit. » C'est curieux, je croyais qu'une personne devait être présente la nuit dans un hôtel (cf. http://goo.gl/arnaua). Je ne fréquenterai pas cet établissement hors la loi.

Signaler un contenu illicite

Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles



Vidéos-Podcasts


Newsletter

Ne Ratez plus l'actualité , abonnez-vous à la newsletter quotidienne !


Dernières offres d'emploi

Cuisinier H/F

29 - CARANTEC

A Carantec (29) Restaurant bistronomique La Table de Ty Pot recrute pour la saison CHEF DE PARTIE, COMMIS et SERVEUR H/F en CDD dès avril. Station bord de mer dynamique, produits frais, 39h. Possibilité de logement. CV typot.carantec@gmail.com ou 06.31.01.36.01.

Posté le 21 février 2024

Chef de rang H/F

72 - SOLESMES

Restaurant bistronomique, dans petit village touristique d'une capacité de 20 couverts, recherche son serveur/se, seul et autonome, la salle sera la votre, très bonne réputation à conserver, très bonne clientèle, fermé mercredi jeudi, salaire suivant expérience, disponible 1avril 0243954519

Posté le 21 février 2024

Chef de partie H/F

14 - EQUEMAUVILLE

Plus qu'un job, nous vous offrons l'opportunité de rejoindre un Groupe d'hôtels ***** et restaurants authentiques en Normandie dans lequel vous pourrez vous épanouir professionnellement au sein d'une équipe de collaborateurs passionnés. Vous rejoindrez une équipe bienveillante avec un état d'espr

Posté le 21 février 2024