Emmanuel Macron présente quatre mesures pour améliorer le pouvoir d'achat des salariés et retraités

Le président de la République a notamment annoncé lors d'une allocution en direct de l'Élysée, lundi 10 décembre, une augmentation du smic de 100 € par mois, et la défiscalisation des heures supplémentaires.  

Publié le 11 décembre 2018 à 14:44

 

  • Hausse du Smic de 100 € net par mois

Emmanuel Macron a annoncé que “le salaire d’un travailleur au smic augmentera de 100 € par mois dès 2019, sans qu’il en coûte un euro de plus à l’employeur”. Cette annonce a suscité de nombreuses d’interrogations : comment augmenter le salaire sans que cela soit à la charge des entreprises ? Il semblerait que cette mesure tienne compte de la revalorisation automatique du taux horaire du smic en fonction de l’évolution du coût de la vie, qui devrait être de 1,8 % au 1er janvier 2019, soit un gain mensuel de l’ordre de 20 €. En outre, selon l’Élysée, il faut ajouter une vingtaine d’euros de baisses de charges salariales. Enfin, la revalorisation de la prime d’activité (dont bénéficient les salariés rémunérés jusqu’à 1,2 smic) permettait d’atteindre le montant de 100 €. Cette prime est une prestation sociale versée par la Caisse d’allocations familiales pour les salariés aux ressources modestes.

 

  • Une prime de fin d’année hors charges sociales et fiscales

Emmanuel Macron a annoncé que les employeurs qui le souhaitent pourront verser une prime de fin d’année à leurs salariés sans que celle-ci ne soit soumises à charges sociales ni impôt. Cette prime repose sur un engagement volontaire des entreprises et dans la mesure où les finances de ces dernières le permettent. Le montant de cette prime devrait être plafonné à 1 000 € pour bénéficier de l’exonération de charges sociales et fiscales.

 

  • Le retour des heures supplémentaires défiscalisées

Le budget pour 2019 prévoit que les cotisations salariales sur les heures supplémentaires seraient supprimées à compter du 1er septembre 2019, mais sans exonération d’impôt pour le salarié. Le Président a annoncé que cette mesure serait avancée au 1er janvier et surtout que les heures supplémentaires seraient également défiscalisées. Ce qui veut dire que les salariés ne paieraient pas d’impôt sur le montant des heures supplémentaires. On en revient au principe du “travailler plus pour gagner plus” institué par Nicolas Sarkozy lorsqu’il était chef de l’État, qui avait été remis en cause par François Hollande en 2012. Les salariés du secteur des CHR effectuant des heures supplémentaires avaient alors constaté une baisse de leur rémunération nette.

 

  • Pas de hausse de la CSG jusqu’à 2 000 € de pension de retraite

En contrepartie aux suppressions des cotisations salariales d’assurance maladie et d’assurance chômage, en 2018, le Gouvernement a augmenté de 1,7 point le taux de la CSG (contribution sociale généralisée). Pour les pensions de retraite, le taux de CSG est fixé à 8,3 %. Emmanuel Macron a annoncé que la hausse de la CSG pour les retraités qui perçoivent moins de 2 000 € de pension chaque mois devrait être annulée. Le taux serait alors fixé à 6,6 %.

 

Smic #heuresSupplémentaires# #CSG# pouvoir d'achat #GiletsJaunes#


Photo

Publié par Pascale CARBILLET



Commentaires
Photo
richard SAUVAGE

mardi 11 décembre 2018

Bonjour
Les heures supplémentaires seront exonérés de charges pour l'entreprise?
Photo
Pascale CARBILLET

mercredi 12 décembre 2018

le président de la république a annoncé que les heures supplémentaires seront versées sans impôt ni charges. Mais sans donner plus de précision. Il était déjà prévu par la loi de finances pour 2019, la suppression des cotisations salariales à compter du 1er septembre 2019. Cette exonération pourrait être avancée au 1er janvier 2019 et étendue à toutes les cotisations et contributions sociales avec en plus une exonération d'impôt sur le revenu. Mais il est encore un peu tôt pour vous donner plus de précision sur le dispositif à venir.
Photo
richard SAUVAGE

mercredi 12 décembre 2018

Il y a tellement à faire pour soulager les entreprises par exemple sur les baux commerciaux est ce normale en 2018 de payer la taxe foncière en étant locataire.
L'impôt devrait dédié uniquement aux propriétaires sa serait un juste retour.
Les baux commerciaux supportant trop de choses pour les bailleurs, ils épuisent les entreprises!!!
Photo
Pascale CARBILLET

jeudi 13 décembre 2018

La loi n° 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l’artisanat, au commerce et aux très petites entreprises a, dans un objectif de transparence de la relation locative, encadré les modalités de répartition des charges entre bailleur et locataire d’un bail commercial. Elle a notamment prévu que tout contrat de location devait comporter un inventaire précis et limitatif des catégories de charges, impôts, taxes et redevances liés à ce bail, avec l’interdiction d’imputer au locataire certaines d’entre elles fixées par décret.
Le décret n° 2014-1317 du 3 novembre 2014 relatif au bail commercial a précisé les impôts et taxes ne pouvant être transférés vers le locataire, en excluant notamment la taxe foncière. Cette dernière, dont le bailleur est le redevable légal en application de l’article 1400 du code général des impôts, peut ainsi être imputée au locataire à la condition que cela soit stipulé par le contrat de bail.
Sachez toutefois, que le transfert de cette taxe foncière sur le locataire entraine une diminution de la valeur locative susceptible par voie de conséquence de se répercuter sur le montant du loyer.

Signaler un contenu illicite

Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles



Vidéos-Podcasts


Newsletter

Ne Ratez plus l'actualité , abonnez-vous à la newsletter quotidienne !


Dernières offres d'emploi

Chef de partie H/F

40 - VIEUX BOUCAU LES BAINS

Un cadre unique sur la dune de Vieux Boucau, restauration de type brasserie (100% 'fait maison') avec cuisine ouverte, en front de mer, où règnent respect du produit, de l'humain et bonne humeur! CHEFS DE PARTIE H/F longue saison (Mai -Septembre) Egalement, plusieurs postes disponibles pour juil

Posté le 16 avril 2024

Chef de rang H/F

92 - NEUILLY SUR SEINE

Café de la Jatte (Neuilly-sur-Seine) recherche COMMIS(e) de BAR, CHEF de RANG h/f. En continu. Planning à définir. 01.47.45.04.20. p.abate@cafejatte.com No.159S4731

Modifié le 16 avril 2024

Chef de partie H/F

92 - BOULOGNE BILLANCOURT

Restaurant à Boulogne-Billancourt, Cuisine de Bistrot revisitée recherche Chef de partie. Poste à pourvoir mi-mai. 2200€ net/mois - Coupures semaine - Repos WE. Vous avez de l'expérience dans des établissements de qualité. Vous habitez à proximité. Envoyez votre CV à : monbistrot92@orange.fr

Posté le 16 avril 2024