Baromètre Century 21 - janvier 2024 : dans le Finistère, l’attraction du cœur de ville

Finistère Depuis quelques années – et encore plus après chaque épisode caniculaire – la Bretagne a le vent en poupe. Un intérêt qui se ressent également au niveau des transactions immobilières dans le secteur CHR. Jean-Luc Dornic, qui dirige les agences Century 21 Ouest Commerces Finistère de Brest et Quimper, nous en dit plus.

Publié le 26 janvier 2024 à 16:00

“Depuis cinq ou six ans, on note un vrai intérêt pour la Bretagne, et cela s’est accentué après l’épisode de Covid. Des gens s’installent dans la région pour de nouveaux projets professionnels, mais aussi pour la qualité de vie, par envie d’une vie de province facile, éventuellement en bord de mer. Beaucoup de contacts hors de Bretagne cherchent une affaire ici. Ils ciblent en priorité les villes – notamment Quimper, Brest, Morlaix, Concarneau, ou Quimperlé dans le Finistère. Le choix du bord de mer – en général synonyme d’activité saisonnière - arrive en second”, résume Jean-Luc Dornic, qui dirige les agences Century 21 Ouest Commerces Finistère de Brest et Quimper. Il constate qu’en 2023, les acquéreurs reprenant une affaire étaient déjà dans le milieu. Les banques sont frileuses : on nous demande plus d’apport, et du professionnalisme avéré”, souligne-t-il. Par conséquent, les acquéreurs ont en moyenne entre 40 et 55 ans, ont vendu un ou des établissements pour en reprendre un plus important, ou s’orienter vers une activité différente. D’autres sont toujours installés, plutôt gestionnaires, et réalisent une croissance externe avec le rachat d’une nouvelle affaire.

Des acquéreurs de la France entière

Concernant l’hôtellerie, nous avons une vraie demande avec des acheteurs venant de toute la France. En ce moment, nous vendons plutôt des hôtels-bureau, sans restauration, en centre-ville ou en périphérienote Jean-Luc Dornic. Du coté des bars-tabacs, après de nombreuses ventes avant et pendant l’épisode de Covid, l’engouement s’est tassé. Mais ça va revenir, c’est cyclique, ajoute l’expert immobilier. En termes de restauration, les ventes se concentrent sur les centres-villes, sur des biens possédant des terrasses - indéniables atouts depuis le Covid et les étés plus chauds. Sur Brest, on voit une vraie appétence pour de nouveaux concepts de restauration en centre-ville. Ce recentrage sur le cœur de ville ou la proche périphérie s’opère au détriment des zones rurales : la baisse d’intérêt pour l’intérieur des terres est nette. Les acquéreurs ont une vie de famille, des enfants et cherchent la facilité de la ville - transports, vie culturelle, etc., analyse-t-il. Par ailleurs, je pense que les demandes pour des affaires en bord de mer reprendront bientôt. Cela continue de faire rêver les gens !, glisse Jean-Luc Dornic. À l’instant T, les prix du marché sont plutôt bas.



Commentaires
Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles



Vidéos-Podcasts


Newsletter

Ne Ratez plus l'actualité , abonnez-vous à la newsletter quotidienne !


Dernières offres d'emploi

Responsable de salle H/F

75 - PARIS 14

Le Ker Beer à Paris Montparnasse recherche en CDI temps plein son responsable de salle (H/F) avec expérience en mixologie. Nous proposons sur deux établissements un bel échantillon de bières artisanales et une carte de cocktails avec des alcools bretons. Expérience réussie dans le même poste.

Posté le 29 février 2024

Second de cuisine (Sous-chef de cuisine) H/F

Canada

H/F Vous êtes bien plus qu'un professionnel de la cuisine ou de la salle, vous êtes un artisan de l'expérience culinaire ? Vous avez une passion pour l'excellence, que ce soit dans la préparation des mets ou dans le service à la clientèle ? Si vous êtes prêt pour une aventure professionnelle enrich

Modifié le 28 février 2024

Second de cuisine (Sous-chef de cuisine) H/F

92 - NANTERRE

Brasserie sur Nanterre, CDI 39h,poste de SECOND DE CUISINE (H/F).Flexible et prêt à s’investir dans notre équipe. Travail en étroite collaboration avec le chef de cuisine. Norme HACCP à connaître. Salaire 1900 à 2000 €net. Poste avec 3 coupures et 2 continues. 2 jours et demi à trois jours de repos.

Posté le 28 février 2024