×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

L'Umih Hauts de France se mobilise pour pallier les difficultés de son secteur

Vie professionnelle - mardi 8 février 2022 16:43
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Lille (59) Face aux difficultés de recrutement et aux départs à la retraite massifs prochains qui toucheront la filière du tourisme dans les Hauts-de-France, l'Umih régionale se mobilise.



Ce 7 février, à la préfecture du Nord, le projet de remise à niveau de la filière hôtellerie et restauration était présenté.
© Aletheia Press / Peron L
Ce 7 février, à la préfecture du Nord, le projet de remise à niveau de la filière hôtellerie et restauration était présenté.

“Le plus difficile pour nous, c’est de savoir qu’il y a des restaurants et des hôtels qui ne tournent pas à plein régime car ils n’ont pas la main-d’œuvre nécessaire. Les réceptionnistes par exemple, sont devenus une denrée rare”, introduit Pierre Nouchi,  président de l’Umih Hauts-de-France, lors de la présentation du projet de remise à niveau du secteur, organisée à la préfecture du Nord, à Lille, le 7 février. En effet, l’hôtellerie et la restauration dans la région restent en tension - à l'image de l'ensemble du pays. “Nous avons 16 000 entreprises référencées dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration, soit 72 000 salariés. Pour que le secteur se mette à niveau, il manque 10 à 20 % de ces emplois, soit près de 10 000 personnes”, complète Pierre Nouchi. À ce besoin immédiat, s’ajoute un besoin à long terme : 800 000 personnes du secteur vont prendre leur retraite d’ici 2032.

Grille des salaires à la hausse

Alors les organisations patronales ont déjà mis sur la table une grille de salaires commune avec une moyenne d’augmentation de 10,5 %, la réussite de cette mesure ne sera estimable qu’une fois la pleine saison terminée. L’Umih Hauts-de-France a décidé de de ne pas s’arrêter là. En partenariat avec l’Ademe, la CCI et la région, elle a mis en place des actions pour favoriser le maillage territorial et attirer davantage de candidats, “le projet résilience hôtellerie, restauration et tourisme.”

“Ce projet est une très belle initiative. L’objectif étant que, grâce aux différentes structures du maillage territorial, nous puissions venir en aide à cette filière en tension en engageant une transition”, commente Thibault Guilluy, haut commissaire à l’emploi et à l’engagement des entreprises. Un projet qui s’articule autour de trois thématiques : le recrutement, la formation et le développement durable. “Nous travaillons déjà en collaboration avec les lycées, les CMA, l’école des chefs et grâce à eux, on recrute, mais pas suffisamment. Le but est d’aller encore plus loin”, précise Pierre Nouchi.

Parmi les projets déjà mis en place, on retrouve la création de brigades solidaires, un parcours de formation court et efficace, tourné vers l’opérationnel et permettant l’acquisition de compétences en hygiène alimentaire et en sécurité, à travers des certifications professionnelles. Ce dispositif a déjà accueilli 283 demandeurs d’emploi et l’objectif affiché est d’atteindre 1 000 personnes formées à l’horizon 2023.

Transition numérique

On retrouve également le lancement du programme d’accompagnement 'GO DiGit ALL' qui aide les entreprises à tendre vers une transition numérique. “Notre métier a du mal à attirer les jeunes par son image dégradée. Nous avons besoin de nous moderniser et cela passe par le numérique”, lance Pierre Nouchi.

Autre exemple, sur le volet du tourisme durable, des aides financières existent. “Dernièrement, on a aidé un hôtel-restaurant de la région qui devait changer son lave-linge et son sèche-linge. Il en avait pour 11 000 € et l’Ademe a participé à hauteur de 8 000 €”, détaille Patrick Alfano, représentant de l’Ademe. “Si tout va bien, d’ici un an, nous pourrons nous mettre à niveau”, conclut le président de l’Umih Hauts-de-France.

#pierrenouchi #umih #attractivite


Pour Aletheia Press, Lolita Péron
Journal & Magazine
N° 3787 -
09 décembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR : les ruptures du contrat de travail (+ modèles de lettres)
par Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot
Services