×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Liberté retrouvée, édito du magazine du 11 juin 2021

Vie professionnelle - mardi 8 juin 2021 09:54
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      





La réouverture des terrasses mi-mai a permis aux restaurateurs de mettre le pied à l’étrier avec une fréquentation au rendez-vous, bien que tributaire de la météo. Bonne nouvelle : à Paris, les terrasses éphémères autorisées sur les places de stationnement vont prendre une tournure estivale. Elles reviendront chaque année d’avril à octobre. Ce concept a été repris par d’autres grandes métropoles, créant de nouveaux espaces de vie plébiscités par les consommateurs. Les Français aiment s’installer en terrasse. Et on laissera de côté pour l’instant ces quelques associations de riverains qui s’élèvent d’ores et déjà contre les nuisances sonores qu’elles pourraient engendrer en soirée… Toujours à Paris, elles seront gratuites, tout comme les terrasses historiques, jusqu’à la fin de l’été.

Cette semaine, la réouverture en intérieur - avec jauge jusqu’au 30 juin - des cafés et des restaurants est vécue comme un véritable soulagement par les professionnels et une libération par les clients. La résilience a ses limites. Le plaisir de se retrouver est réel et général. C'est la fête, ou presque. Il manque encore les discothèques.

 

#edito #reouverture


Sylvie Soubes