×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

L'embauche reprend mais avec des contrats de moins d'un mois déplore Elisabeth Borne

Vie professionnelle - jeudi 1 juillet 2021 12:39
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Didier François à gauche, au centre Franck Delvau et Elisabeth Borne.
Didier François à gauche, au centre Franck Delvau et Elisabeth Borne.

Une table ronde sur les métiers de l’hôtellerie et de la restauration a été organisée fin juin dans l’agence Pôle Emploi du 13ème arrondissement en présence de la ministre du Travail, d’élus parisiens, de la Région, du président de l’Umih Paris IDF, Franck Delvau, du sous-préfet, Christian Aumonier, de restaurateurs et d’acteurs de la formation. Alors que l’activité reprend, la situation dans la capitale est plus compliquée et notamment pour l’hôtellerie, qui souffre de l’absence des clientèles étrangères. Paris, comme d’autres grandes villes, vont devoir attendre avant de parler véritablement de reprise. De manière générale sur tout le territoire, les embauches reprennent dans le secteur mais Elisabeth Borne regrette que la majorité porte sur des contrats de moins d’un mois. L’absence de visibilité à moyen terme n’est pas la seule raison. Didier François, à la tête du restaurant Le Père Fecto, qui travaille avec des CDD, rappelle aussi le rôle transversal et positif du secteur vis-à-vis des jeunes, « les jobs d’été en font partie ». Avec l’annonce de la réouverture, de nouvelles formations sont apparues. Le « réentrainement » est en bonne place. « Il faut renouer, réapprendre à se connaître » estime le dirigeant de l’Umih 75. Ensuite, tout dépend du public à qui l’on s’adresse. Les différents organismes présents, tout comme le Conseil Régional, proposent un large choix de possibilités pour soit ‘remobiliser’, soit intégrer de nouveaux entrants. L’important, souligne une formatrice d’Umih Formation, réside dans le profil. « La base, c’est le savoir-être, avec des personnes qui ont des exigences relationnelles, leur attitude, le vocabulaire… La technique vient après ». Mais pour Stéphane Yves et Mickaël Haddad, qui vont ouvrir un deuxième établissement dans la capitale, la difficulté réside aussi dans la capacité à trouver du personnel opérationnel immédiatement. « Quand on ouvre, nous n’avons pas le temps de former ». Une multitude de cas de figures existent et pour les intervenants la solution passe avant tout par la mise en relation des acteurs et une meilleure connaissance des outils existants. Pour la ministre du Travail, offrir aux personnes qui entrent dans le circuit CHR des contrats longs et travailler à l’attractivité du secteur en proposant également de « vrais » parcours professionnels font inévitablement partie des clés.

#emploi #embauche #elisabethborne #franckdelvau #didierfrancois


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3756 -
01 octobre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Santé et sécurité au travail en CHR : constituer votre document unique (+ modèles)
par Carole Gayet
Services