×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

L'indignation des professionnels face aux restaurants clandestins

Vie professionnelle - lundi 12 avril 2021 09:43
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


BFMTV a filmé la descente de police en direct.
© Capture d'écran BFMTV.
BFMTV a filmé la descente de police en direct.

Vendredi 9 avril, après trois semaines de surveillance, la police a opéré une descente dans un restaurant situé rue des Entrepôts à Saint-Ouen. A l’intérieur, 62 personnes étaient en train de déjeuner. Un journaliste de BFM TV a pu suivre l’opération en direct et l’affaire a été largement relayée le week-end dernier sur les ondes. Et c’est ce qui inquiète entre autres Didier Chenet, président du Groupement National des Indépendants : « Je condamne avec la plus grande fermeté le comportement de ce restaurateur, qui représente une infinie minorité mais qui malheureusement jette le discrédit sur tout un secteur. Ce comportement est d’autant plus grave qu’il pourrait entraîner du retard dans le processus de réouverture. C’est un très mauvais signe que l’on donne alors que la quasi-totalité de la profession est bon élève. » Sur les chaînes de télévision, plusieurs professionnels ont eux-aussi marqué leur indignation. Stéphane Jégo, chef et patron de l’Ami Jean à Paris, a dit en avoir « ras-le-bol » des restaurants clandestins qui sont dirigés par des « clowns » et qui « font très mal à la profession ». Même sentiment dans la bouche de restaurateur savoyard, Marc Veyrat : « j’en ai marre, je suis consterné. On ne parle plus des bons soldats qui attendent patiemment leur réouverture » regrette-t-il. Pour Hubert Jan, président de la branche restauration de l’Umih, ces ouvertures illégales sont « consternantes. Je suis dépité et choqué. Nous faisons tout avec le Gouvernement pour que les entreprises puissent reprendre dans les meilleures conditions la crise terminée. Nos entreprises sont effectivement sous perfusion mais les outils sont là, même si bien sûr il y a encore quelques trous dans la raquette. Mais ce restaurateur qui profite de la situation n’est pas digne de quoi que ce soit ». Le dirigeant syndical avoue également son « dégoût » de l’affaire des dîners privés dévoilée la semaine passée. Didier Chenet est également très remonté contre ces pratiques : « Je pense que Pierre-Jean Chalençon est quelqu’un en mal de notoriété médiatique, qui ne mesure pas l’impact que ça a sur nos métiers. Je vous rappelle que nous nous battons depuis plusieurs années au GNI contre ces pratiques de restauration clandestine, qui représentent une concurrence déloyale car elles ne respectent pas généralement l’ensemble des obligations qui incombent pourtant à la restauration comme l’absence de licence. J’ajouterais que nous travaillons actuellement au moyen de protéger le mot restaurant ».

#coronavirus #covid19 #restaurantclandestin #restaurants #didierchenet #stephanejego #marcveyrat #pierrejeanchalencon #hubertjanv


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Accompagnement pour l'acquisition et la transmission
par Adeline Desthuilliers et Mahmoud Ali Khodja
Services