×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Faim d'ouverture, édito du journal du 5 février 2021

Vie professionnelle - mardi 2 février 2021 09:59
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés




La fronde qui appelait les restaurateurs à ouvrir tous ensemble le 1er février, pour protester et alerter sur la précarité de leur situation, aura été de courte durée. Et pour cause. Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a prévenu que les restaurateurs contrevenants seraient exclus du fonds de solidarité pendant un mois, voire définitivement en cas de récidive. Si les organisations professionnelles se sont prononcées contre cet appel à ouvrir, des initiatives locales ont toutefois servi la cause des restaurateurs. Ainsi, à l’Isle-sur-la-Sorgue, dans le Vaucluse, l’opération avait été déclarée auprès de la préfecture comme une manifestation qui donnerait lieu à des dégustations sur la voie publique. Pas de service en salle donc mais des ouvertures exceptionnelles accompagnées de vente à emporter ou de boissons offertes, des barrières pour canaliser les files d’attentes, des rues fermées et le soutien de la population qui était au rendez-vous.

Les cafés comme les restaurants font partie intégrante de notre société, leur absence crée un vide qui s'agrandit et se traduit, malheureusement, par des ouvertures cachées. Ainsi, 24 restaurants parisiens ont été pris en faute par la police les 28 et 30 janvier. Et le dimanche 31 janvier, 90 débits de boissons et restaurants clandestins ont été contrôlés pour ouverture irrégulière selon le ministère de l’Intérieur. À quand le bout du tunnel ?

#edito #restaurants 


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3756 -
01 octobre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fonds de commerce : création, achat, reprise et vente
par Maître Sophie Petroussenko
Services