×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Fermetures et restrictions dans les zones d'alerte maximale : l'Umih, le GNI, le GNC et le SNRTC entre soulagement et colère

Vie professionnelle - lundi 5 octobre 2020 15:19
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés




Les restaurants situés en zone d’alerte maximale vont pouvoir rester ouverts. L’Umih, le GNI, le GNC et le SNRTC viennent de  « saluer » de concert cette décision gouvernementale qui prend en compte l’instauration d’un protocole sanitaire renforcé. « Les pouvoirs publics ont reconnu l’esprit de responsabilité des professionnels, qui avaient d’eux-mêmes fait des propositions au Ministère de la Santé afin d’éviter une fermeture qui aurait condamné un secteur déjà exsangue. » En revanche, l’abaissement prévu du nombre de convives maximum à une même table à 6 personnes (il est actuellement de 10) du nouveau protocole (dont les modalités n’ont pas encore été officiellement publiées) est jugé « excessif et incohérent, au regard des regroupements privés autorisés par ailleurs ». Les dirigeants des organisations dénoncent également en bloc « la fermeture de l’ensemble des bars » qui a « été imposée par les pouvoirs publics, en réduisant leur définition à une activité principale consistant en la vente de boissons alcoolisées. »La profession avait proposé que si un bar, quelle que soit sa forme, offrait un service à table, et par conséquent permettait de respecter le protocole sanitaire applicable aux restaurants, celui-ci devait pouvoir rester ouvert. Le principe « a été rejeté par le Haut Conseil à la Santé Publique, sans qu’à aucun moment la logique sanitaire de cette décision ne soit explicitée » déplorent les organisations professionnelles.

#coronavirus #covid19 #fermetures #bars  #restrictions #restaurants